• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Réunion avec le comité national kirghize pour l’industrie, l’énergie et l’utilisation du sous-sol

370 mineurs kirghizes réintégrés après des licenciements massifs

17.01.2018

Le syndicat des mines et de la métallurgie du Kirghizistan (MMTUK), affilié à IndustriALL Global Union, a réussi à préserver les contrats de travail de 370 employés de la compagnie minière chinoise Full Gold Mining, située dans la province de Jalal-Abad, au Kirghizistan. L’employeur s’est engagé à ne pas procéder à des licenciements massifs et à transférer toutes les prestations des contrats de travail antérieurs.

Le 8 janvier, les représentants du syndicat, de la direction du comité national de Full Gold Mining et du Comité national kirghize pour l’industrie, l’énergie et l’utilisation du sous-sol, qui surveille le secteur, se sont réunis autour d’une table ronde pour régler le conflit. Les contrats antérieurs des employés de Full Gold Mining ont expiré le 31 décembre 2017.

Evoquant des difficultés financières, la direction a unilatéralement décidé de changer les conditions de travail. En violation de la législation nationale, les amendements comprenaient une réduction salariale de 30 pour cent ainsi que la suppression de prestations, telles que l’indemnité de repas, l’aide financière pour le perfectionnement professionnel, et les indemnités pour la nature du travail effectué et le travail en équipes. Ayant refusé cette baisse des conditions de travail, les mineurs ont été licenciés.

L’entreprise emploie quelque 600 personnes, dont 200 sur une base saisonnière, s’étendant d’avril à novembre, en raison des caractéristiques techniques du travail. Environ 30 personnes font partie du personnel d’encadrement et de sécurité. Quasiment tous les travailleurs de Full Gold Mining ont donc été touchés par la décision de la compagnie.

Les travailleurs ont fait appel à MMTUK pour qu’il protège leurs droits et évite leurs mises à pied. Suite à la campagne d’information menée par le syndicat et le soutien des autorités, de l’opinion publique et des médias, la compagnie est apparue maladroite aux yeux des autorités nationales et des dirigeants de l’entreprise en Chine. Le MMTUK a également demandé au gouvernement national d’intervenir dans le conflit.

Après des négociations difficiles, la direction a été obligée de prolonger les contrats de travail à partir du 1er janvier 2018 sans opérer des réductions. Elle a également conclu une nouvelle convention collective pour la période 2018-2020 avec le comité syndical. 

Les travailleurs ont repris le travail le 15 janvier. Ils ne seront pas payés pour les deux semaines correspondant au temps d’arrêt; leurs contrats ne seront toutefois pas interrompus.

Full Gold Mining a obtenu, depuis 2011 et pour 20 ans, une licence d’exploitation du gisement d’Ishtamberdy, situé dans le sud du Kirghizistan. Le syndicat s’efforce actuellement de conclure des contrats de travail de durée illimitée pour les employés de la compagnie.

Eldar Tadjibayev, Président du MMTUK, a déclaré:

« Je pense que les négociations ont été très fructueuses. Tous les employés ont été réintégrés. Le niveau salarial a été maintenu; certains employés ont même reçu une légère augmentation. Nous avons également convenu d’examiner une hausse salariale dès que l’entreprise commencera à faire des profits ».

Vadim Borisov, Secrétaire régional d’IndustriALL Global Union, a indiqué:

« Nous félicitons notre affilié, MMTUK, qui grâce à sa victoire due à son expérience en matière de négociation, permet aux travailleurs de connaître un règlement fructueux de ce conflit ».