• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Le Président du NUM, Piet Matosa, à la tête d'une manifestation contre les licenciements dans l'industrie minière, le 5 août à Johannesburg

Les membres du NUM défilent contre les plans de suppression de 8.550 emplois d'AngloGold Ashanti

Afrique du Sud : Le NUM manifeste contre des plans de destruction de 8.500 emplois chez AngloGold Ashanti

09.08.2017

L'affilié sud-africain d'IndustriALL Global Union, le National Union of Mineworkers (NUM) est descendu dans les rues de Johannesburg le 5 août et a défilé jusqu'au siège de la compagnie minière AngloGold Ashanti pour protester contre le projet de licencier 8.500 travailleurs aux mines de Carletonville et Matlosana.

Le syndicat appelle le gouvernement à intervenir en appliquant les politiques de protection de l'emploi dans des secteurs importants de l'économie tels que la mine, la construction et l'énergie.

Les compagnies n'ont pas tenu compte d'un accord qui garantit la protection de l'emploi, ce qui a amené le NUM à réclamer notamment un mois de salaire par année d'ancienneté à titre de prime de licenciement.

Le NUM a exhorté les compagnies minières d'Afrique du Sud à trouver des solutions pour sauver l'emploi, en particulier dans un contexte dans lequel 70.000 emplois au moins ont été perdus dans les mines au cours des cinq dernières années, selon la Chambre des Mines.

En plus de ce projet de suppressions chez AngloGold Ashanti, près de 6.000 travailleurs devraient voir leurs emplois disparaître chez Bokoni Platinum, dont la moitié d'emplois contractuels. Par ailleurs, Sibanye Gold a annoncé un plan de suppression de 10.000 postes tandis que, plus tôt dans l'année, le sud-africain Anglo American Platinum disait s'attendre à supprimer jusqu'à 2.000 emplois dans ses mines d'Union et de Twickenham.

"Le NUM condamne fermement ces entreprises irresponsables. Ce bain de sang social est incontestablement une attaque contre la classe ouvrière, les communautés et les démunis, une attaque frontale contre les mineurs en particulier," peut-on lire dans un communiqué du syndicat.

Pour le NUM, le seul souci des compagnies minières est d'accroître leurs profits et de mécaniser les mines sans se préoccuper de la sécurité d'emploi ou du recyclage des travailleurs. Ces réductions d'effectifs arrangent bien les entreprises qui disent souvent essuyer des pertes pour justifier leur décision, même lorsqu'elles ont fait des bénéfices l'année précédente. Les compagnies minières ne sont pas socialement responsables lorsqu'il s'agit des droits des travailleurs et de leur bien-être, affirme le NUM.

L'activité minière est en déclin en Afrique du Sud, certaines mines voient leurs filons s'épuiser, descendent plus bas avec des risques accrus. On estime que les gisements aurifères d'Afrique du Sud seront épuisés dans les trente prochaines années.

Glen Mpufane, le directeur en charge des mines chez IndustriALL, a déclaré : "Nous sommes vivement préoccupés par l'ampleur des pertes d'emplois proposées par AngloGold Ashanti, qui auront des conséquences désastreuses pour les communautés de travailleurs d'Afrique du Sud. En 2015, AngloGold Ashanti a dénoncé unilatéralement l'accord-cadre mondial qui nous liait à elle. Cela ne fait que renforcer notre détermination à unir les travailleurs par-delà les frontières pour faire front contre cette entreprise.