Jump to main content
IndustriALL logotype
Article placeholder image

Les entreprises métallurgiques les plus prisées au monde par Fortune sont syndicalisées

29 March, 2012En lisant ou en prenant connaissance de documents publiés par certaines des plus grosses entreprises mondiales connues pour leur attitude antisyndicale, on pourrait être convaincu qu'il est impossible de trouver une entreprise prospère qui soit syndicalisée. Ces entreprises parlent des syndicats en tant que tierce partie en oubliant qu'ils sont constitués de travailleurs et travailleuses ordinaires qui sont les protagonistes des entreprises où ils travaillent.

MONDE: Ce que les adeptes des pratiques antisyndicales ne peuvent pas expliquer, c'est que sur la liste publiée récemment par le magazine Fortune des 1000 entreprises les plus prisées au monde, il s'agit 9 fois sur 10 d'entreprises syndicalisées dans le secteur de la métallurgie. Selon CNN Money, la liste des entreprises les plus prisées constitue le nec plus ultra de ces entreprises pour leur réputation. Le résultat de l'enquête menée sur 698 entreprises de 32 pays est une véritable consécration de la syndicalisation. Non seulement beaucoup d'entreprises prisées par leurs cadres, leurs directeurs et les spécialistes de la sécurité sont syndicalisées, mais certaines d'entre elles ont des taux de syndicalisation parmi les plus élevés. L'étude comportait neuf critères allant de la valeur de l'investissement à la viabilité.

Les syndicalistes estiment, et cela semble corroboré par les faits, que tout membre d'un syndicat, tout travailleur ou travailleuse, a son mot à dire sur ce qui se passe au travail, et c'est quelque chose de bien. Le fait de travailler ensemble et de pouvoir faire entendre sa voix sur le lieu de travail facilite les rapports. L'argument selon lequel la syndicalisation empêcherait la main-d'œuvre et la direction de pouvoir fonctionner comme une seule équipe sans influence extérieure ne tient pas la route à l'examen. L'une des entreprises citées, Tata Steel, a travaillé avec son syndicat local dans la ville de Jamshedpur en Inde depuis 1920. Plus récemment, cette entreprise a remporté à quatre reprises le prix World Steel Dynamics de la meilleure usine sidérurgique au monde pour sa culture de travail en équipe.

Rob Johnston, directeur exécutif de la FIOM, a déclaré: "Il est important de dire la vérité sur la syndicalisation, et si les entreprises décidaient en plus grand nombre de faire l'effort nécessaire pour travailler plus activement avec les syndicats au lieu de dépenser des millions pour créer des obstacles à la syndicalisation, on obtiendrait manifestement de meilleurs résultats".

La réponse d'une entreprise à la syndicalisation montre souvent sa véritable motivation et le rôle qu'elle réserve à ses salariés dans le processus de prise de décisions. Quand une entreprise est favorable à la syndicalisation et ouverte aux décisions de sa main-d'œuvre, on a alors une bonne base pour obtenir des réussites. Quand l'entreprise se dissimule derrière de fausses informations ou craint des tactiques et ne compte que sur l'intimidation, cela montre qu'elle n'a aucune croyance dans le travail d'équipe ou dans le droit de ses salariés d'exprimer un choix. Comment peut-on parler de travail d'équipe quand l'un des partenaires prend toutes les décisions sans donner à l'autre la possibilité d'exprimer un choix?