• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Mobilisation des syndicats contre les réformes de la législation du travail

26.03.2011

La FIOM se joint au mouvement syndical indépendant du Mexique pour inviter les syndicats et leurs membres à demander aux responsables du gouvernement et aux ambassadeurs du Mexique de faire cesser ces réformes dès MAINTENANT!

MEXIQUE/MONDE: Les 50.000 travailleurs et travailleuses, étudiant(e)s et militant(e)s des groupes de défense des droits de la personne et des droits du travail qui ont participé aux journées mondiales d'action en février se préparent à une nouvelle série de mobilisations de masse pour s'opposer à la proposition portant sur la législation du travail destinée à dépouiller encore davantage les travailleurs et travailleuses du Mexique de leurs droits du travail les plus fondamentaux reconnus au plan international.

Les nouvelles sur la nature régressive des réformes proposées interviennent quelques semaines tout juste après la participation des syndicats de plus de quarante pays à une semaine d'activités et de rassemblements massifs, de marches et de réunions de haut niveau avec des membres du gouvernement pour mettre en lumière l'échec du gouvernement mexicain d'honorer ses engagements internationaux concernant le respect des droits fondamentaux du travail et la protection des travailleurs et travailleuses.

La législation proposée porte gravement atteinte à la liberté syndicale, à la sécurité de l'emploi et aux conditions de travail. Elle est dans l'incapacité d'inclure les nombreux changements dans la législation mexicaine du travail qui ont été l'objet à plusieurs reprises d'une intervention de la Commission d'experts pour l'application des conventions et recommandations de l'OIT, et plus récemment du Comité de la liberté syndicale du BIT.

Au Mexique, les préparatifs au niveau national sont en cours. Les évènements publics suivants sont prévus cette semaine au Mexique:

  • un meeting le 24 mars à 13 heures;
  • un forum le 30 mars avec un débat sur la nature régressive de la réforme et sur les stratégies de résistance et de changement;
  • la réalisation de matériel éducatif et des réunions stratégiques durant toute la semaine.

Pour se joindre à la campagne, la FIOM demande à ses affiliés d'envoyer des lettres à l'ambassade ou au consulat du Mexique de leur ville ou à un représentant du gouvernement, notamment aux personnes qui ont eu des entretiens avec des groupes de syndicalistes au cours des journées mondiales d'action en février. Prendre connaissance de la lettre de la FIOM ici.

Dans le cas où vous auriez déjà envoyé une lettre au président mexicain Felipe Calderón par le biais de la page de campagne de Labourstart, allez ici: http://www.labourstart.org/cgi-bin/solidarityforever/show_campaign.cgi?c=863.