• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Une réunion internationale chez Siemens relance la coopération syndicale

06.12.2009

Des représentant(e)s syndicaux/ales des sites de production de Siemens en Europe, aux États-Unis, au Brésil, en Inde et en Chine se sont rencontré(e)s pour renforcer la coopération syndicale internationale au sein de l'entreprise.

ALLEMAGNE: La quatrième réunion internationale de Siemens, organisée par la FIOM, IG Metall et le Comité d'entreprise central de Siemens, s'est déroulée les 24 et 25 novembre à Munich. La réunion avait lieu pour la première fois dans les locaux de l'entreprise (Centre de conférence Siemens à Munich-Neuperlach). L'entreprise a pris en charge les coûts de la réunion. Elle était représentée par le Professeur Dr Russwurm, qui est membre de son conseil de gestion.

La représentation des travailleurs/euses en Europe était basée sur la nouvelle organisation en grappes de Siemens. Hors d'Europe, des représentations des travailleurs/euses des États-Unis, du Brésil, d'Inde et de Chine participaient à la réunion.

Le Professeur Dr Russwurm a informé les participant(e)s que la stratégie mondiale de l'entreprise, en tant qu'entreprise de technologie d'intégration, reposait sur des activités économiques dans 190 pays. Sur la base des tendances prévues, comme le changement démographique, l'urbanisation, le changement climatique et la croissance économique mondiale, Siemens concentre ses activités sur trois secteurs: l'industrie, l'énergie et la santé. L'interpénétration est assurée par les solutions et services fournis par Siemens dans les technologies de l'information et les services financiers de Siemens.

Avec un effectif total de 427.000 salariés, le chiffre d'affaires de Siemens était de 77,3 milliards d'euros en 2008. L'Europe, les pays de la CÉI et l'Afrique assuraient 55 pour cent des revenus, le continent américain 26 pour cent, et l'Asie 21 pour cent. Soixante-neuf pour cent de la main-d'œuvre est employée à l'étranger.

La plus forte croissance dans l'entreprise provient des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine). Ces pays joueront donc un rôle important dans les stratégies de Siemens des dix prochaines années.

Les participant(e)s ont également examiné les structures et les stratégies des organes de représentation des travailleurs/euses actuellement en place, comme le Comité d'entreprise central en Allemagne et le SEC (Comité Siemens pour l'Europe) et ont souligné la nécessité d'avoir une structure mondiale de coopération syndicale dans cette entreprise internationale. De même, la possibilité d'un accord-cadre international a été soulevée, et le représentant de la direction a été perçu comme n'étant pas défavorable à cette question.

Les autres sujets à l'ordre du jour de la réunion concernaient l'intensification de la coopération entre les représentant(e)s des travailleurs/euses au niveau de l'usine / de l'entreprise et les syndicats en place dans les régions et les pays, et la création d'un réseau d'information efficace, ainsi que la nécessité de disposer de projets de syndicalisation (le taux de syndicalisation -- spécialement hors d'Europe -- n'est pas très élevé).