• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Le Directeur d’IndustriALL pour la durabilité, Brian Kohler

Le Directeur d’IndustriALL pour la durabilité, Brian Kohler

Blog COP22, Marrakech – Cinquième jour, vendredi 11 novembre 2016

14.11.2016

Le Directeur d’IndustriALL pour la durabilité, Brian Kohler, blogue en direct de la cinquième journée de la vingt-deuxième Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), 11 novembre, Marrakech, Maroc.

Cinquième jour de la vingt-deuxième Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), 11 novembre, Marrakech, Maroc.
 
Vendredi était le jour de l’événement syndical en marge de la COP. Lors d’une manifestation parallèle officielle, les organisations espèrent attirer l’attention d’autres participants et avoir la possibilité de leur présenter leur position.
 
Nous avons fait salle comble! La salle était remplie de personnes désireuses d’entendre le point de vue des syndicats, certaines ayant même été jusqu’à rester debout durant la réunion comme tous les sièges étaient occupés. Brian Kohler d’IndustriALL Global Union a présenté une partie de notre travail sur la transition juste et notre analyse de la durabilité sectorielle.
 
Les discussions des réunions du Groupe de contact amélioré sur l’impact des mesures de riposte, selon sa dénomination informelle, que les syndicats ont suivi de très près, ont finalement débouché sur un projet de décision. Un groupe d’experts techniques sera établi pour faire des recommandations formelles à la prochaine COP sur la transition juste, les mutations industrielles et la diversification économique. Ce pourrait être un point important de la traduction en termes concrets de la transition juste dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de Paris.
 
Les tentatives des Parties pour limiter la participation des observateurs continuent sans que l’on sache clairement pourquoi de telles démarches se produisent à cette COP. Selon une rumeur, des spécialistes des sondages et autres professionnels auraient abusé du statut d’observateur. Néanmoins, si cette hypothèse est fondée, il ne devrait pas être nécessaire de punir toutes les organisations dotées du statut d’observateur.
 
Bien entendu, de nombreuses autres discussions se sont poursuivies en ce vendredi, y compris sur le transfert des technologies ainsi que la continuation des efforts déployés pour constituer les fonds de 100 milliards de US$ par an affectés à la lutte contre les changements climatiques.