Jump to main content
IndustriALL logotype

Des normes de sécurité indispensables dans les mines artisanales alors que les inondations de mines d'or font 28 victimes au Zimbabwe

21 February, 2019Huit mineurs artisanaux ont été sauvés la semaine dernière tandis que 28 autres sont décédés lorsque les mines d'or Cricket et Silver Moon à Battlefields, à 175 km de Harare, ont été inondées après des pluies torrentielles. D'autres sont disparus et on craint pour leurs vies alors que de fortes pluies continuent de ralentir le travail des sauveteurs.

Les compagnies minières Zimplats et Rio Zim participent aux activités de sauvetage en fournissant des machines et du matériel. Les sauveteurs disent avoir besoin de pompes plus puissantes pour atteindre les mineurs, le niveau de l'eau ne cessant de monter.

Pour Glen Mpufane, le Directeur d'IndustriALL en charge de sa division de l'industrie du diamant, de la pierre précieuse, ornementale et du bijou, de telles tragédies pourraient être évitées si les parties intéressées donnaient la priorité à la santé et à la sécurité dans les petites mines artisanales (PMA), en particulier les pouvoirs publics qui devraient faire en sorte d'instaurer des relations formelles entre ces petites exploitations et les grandes compagnies minières présentes à proximité.

"La promotion de la santé et la sécurité dans les PMA est une responsabilité sociale et les parties prenantes ne doivent pas fermer les yeux sur cette situation. C'est pourquoi nous soutenons les initiatives dans lesquelles des compagnies minières s'engagent aux côtés d'organisations syndicales et de communautés, comme l'Initiative for Responsible Mining Assurance (IRMA) qui préconise une collaboration entre les grandes compagnies minières, les PMA et les communautés."

Zed Banda, le Secrétaire général du Syndicat national des mineurs du Zimbabwe, affilié à IndustriALL, ajoute :

"Les mines artisanales et les petites mines sont des activités qui permettent aux travailleurs de survivre dans la crise économique du Zimbabwe. Dans un pays où les possibilités sont limitées et où le chômage dépasse les 90 pour cent, les PMA permettent aux jeunes de nourrir la famille. Nous appelons le gouvernement à reconnaître et soutenir les PMA pour mettre fin aux conditions mortifères dans lesquelles les mineurs doivent peiner pour survivre."

Armés uniquement de pioches, de pelles, de cordes et de seaux, ces mineurs extraient l'essentiel de la production d'or du Zimbabwe. D'après Fidelity Printers and Refiners, une filiale de la banque nationale du Zimbabwe et unique acheteur du métal précieux, l'augmentation de la production aurifère est due principalement aux PMA. En 2018 par exemple, elles en ont produit 21,7 tonnes, contre 11,5 tonnes pour les compagnies minières.

Or, malgré l'importance de cette production, la loi est défavorable à ces mineurs qui travaillent dans des conditions effrayantes et dangereuses, loin des normes de santé et de sécurité qu'on attend dans l'exploitation minière. Pour améliorer la situation, les mineurs des PMA demandent d'être pris en compte dans les discussions en cours sur l'amendement de la Loi sur les mines et les minéraux. Ils font valoir qu'une réglementation peut améliorer la santé et la sécurité et promouvoir une exploitation minière durable.

Selon le Parlement du Zimbabwe, le pays compte 500.000 PMA qui font vivre jusqu'à trois millions de personnes et fonctionnent en l'absence de toute réglementation et d'aides du gouvernement.

L'Alternative Mining Indaba, qui se tient chaque année en marge de la conférence sur l'investissement minier en Afrique, Mining Indaba, appelle les gouvernements à :

"…dépénaliser l'activité minière artisanale, de sorte que les mineurs puissent être formés, que les normes de sécurité soient appliquées et que les communautés soient débarrassées de l'activité des gangs. L'African Mining Vision reconnaît aussi le potentiel des petites mines artisanales pour éradiquer la pauvreté et recommande de le relier à des initiatives de développement."