• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Travailleurs et travailleuses manifestant devant Tri Star Apparel Exports (Pvt) Ltd.

Travailleurs et travailleuses manifestant devant Tri Star Apparel Exports (Pvt) Ltd.

Des travailleurs de la confection au Sri Lanka protestent contre le non-versement de leurs salaires et prestations

22.12.2016

Ce 19 décembre, des adhérents de l’affilié d’IndustriALL au Sri Lanka, le CIWU, ont manifesté chez Tri Star Apparel Exports (Pvt) Ltd.

Depuis octobre 2016, les près de 200 travailleurs et travailleuses de l’usine, dont 140 sont des adhérents du syndicat, ont dû faire face à un certain nombre de difficultés dont des retards de salaire, des prestations non-versées aux retraités et l’absence de contribution de l’entreprise auprès du fonds de sécurité social comme l’exige la loi, entre autres. L’usine, qui ne prend plus de commandes pour l’exportation et produit principalement pour le marché domestique, reste sous la juridiction du Conseil pour l’Investissement, une autorité sri lankaise compétente pour les zones franches d’exportation (ZFE).

Les salaires du mois d’octobre auraient dû être payés le 10 novembre, mais comme aucun versement n’avait eu lieu au 18 novembre, les travailleurs et travailleuses ont cessé le travail. Cet arrêt de travail a forcé la direction à verser 30% des salaires qui étaient dus. Cependant, le personnel de bureau n’a pas été payé ces trois derniers mois. Dans le même temps, le 23 novembre, la direction a suspendu à la fois le président de la section locale du syndicat et son recruteur principal sur base de l’organisation d’une grève.

Le 25 novembre, la direction a mis tous les salariés en congé jusqu’au 5 décembre, sans avoir versé le reliquat des salaires dus. Le 5 décembre, l’usine est restée fermée et il a été à nouveau demandé aux travailleurs et travailleuses rassemblés de revenir dix jours plus tard pour toucher leurs salaires d’octobre. Mais lorsque les travailleurs sont revenus à l’usine le 15 décembre, elle était toujours fermée. Ni le directeur, ni le PDG n’étaient présents et le responsable RH et le gérant de l’usine ont informé les travailleurs que les salaires ne pourraient pas être payés ce jour-là et que l’usine n’ouvrirait pas. Un représentant des autorités, un Commissaire adjoint au Travail, était alors présent à l’usine.

Scandalisés et se sentant aux abois, les travailleurs et travailleuses ont organisé une manifestation devant l’usine pour réclamer :

  • Le versement immédiat des salaires en suspens
  • L’exécution immédiate des versements en souffrance concernant le fonds de sécurité sociale national, le Fonds de providence des salariés et le Fonds fiduciaire des salariés auprès de la banque centrale, qui n’ont pas été effectués depuis 2006.
  • La réintégration des mandataires et recruteurs syndicaux suspendus.

Les travailleurs et travailleuses ont également soulevé un certain nombre de ces points auprès du Ministère du Travail. Le syndicat CWIU va s’adresser au tribunal du travail pour exiger la réintégration des syndicalistes suspendus.