• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les travailleurs se mobilisent quotidiennement pour soutenir la grève

Deux mille mineurs de Southern en grève illimitée au Pérou

13.04.2017

Les mineurs de Southern Copper Corporation au Pérou sont en grève illimitée pour soutenir leurs revendications d’une plus grande participation aux bénéfices, d’améliorations des services médicaux, de la fin de l’espionnage des travailleurs de la part de l’entreprise et de la réintégration de travailleurs licenciés.

Le syndicat des mineurs, Sindicato Unificado de la Southern y Anexos (SUT SPCC), qui est affilié à la FNTMMSP (Fédération nationale des mineurs et des métallurgistes du Pérou), elle-même affiliée à IndustriALL Global Union, est parti en grève le 10 avril après que les négociations ont été rompues avec l’entreprise minière. La grève a mis à l’arrêt les mines de Toquepala et Cuajone ainsi que la fonderie Ilo dans le sud du pays.

Il y a quelques semaines, le syndicat a présenté à l’entreprise, qui est une filiale de Grupo Mexico, les revendications suivantes :

  • Amélioration des services médicaux
  • Fin du recours aux caméras et détecteurs de mouvement pour espionner les travailleurs
  • Augmentation de la participation des travailleurs aux bénéfices
  • Réintégration du secrétaire général du syndicat, Jorge Campos, licencié arbitrairement en 2016.

Après plusieurs réunions, la direction de l’entreprise n’a montré aucune disposition à rencontrer les revendications des travailleurs. Deux mille mineurs se sont alors prononcés par scrutin pour la grève.

À côté de l’arrêt de travail, les mineurs ont tenu des rassemblements de masse à Ciudad Nueva, devant la mine de Cuajone (Moquegua) et près de l’unité d’extraction de Toquepala (Tacna).

Les deux parties se disent ouvertes au dialogue et avoir la volonté de trouver une solution. Dans les dernières heures du 10 avril, les représentants syndicaux ont rencontré des dirigeants de Southern Copper mais les pourparlers ont échoué. Ils ont alors programmé une autre réunion pour le 12 avril, en présence des autorités du travail.

L’entreprise a produit 900.000 tonnes de cuivre en 2016, soit 21,1% de plus qu’en 2015. Cependant, le syndicat indique que les travailleurs ont reçu entre 13.000 et 16.000 soles (environ 4.000 dollars) de participation aux bénéfices après avoir perçu 40.000 soles (environ 12.300 dollars) l’année précédente lors du partage des bénéfices de 2015.

La FNTMMSP a exprimé son total soutien aux revendications du SUT SPCC et a appelé l’entreprise à conclure un accord avec le syndicat. Entretemps, le Secrétaire général d’IndustriALL, Valter Sanches, a écrit au président de l’entreprise, Oscar González Rocha, pour l’exhorter à négocier de bonne foi avec le SUT SPCC.

Fernando Lopes, Directeur de département d’IndustriALL a déclaré :

“Southern Pérou fait partie de Grupo Mexico, qui est connu pour ses violations de la liberté syndicale au Mexique et aux États-Unis. Les travailleurs péruviens ne vont pas laisser l’entreprise leur infliger le même sort. Nous assurons le syndicat et la fédération de tout notre soutien”.