• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Faire reculer le travail précaire au Sénégal

03.07.2017

Les conventions collectives négociées par les affiliés à IndustriALL, les syndicats SYNTICS et SUTIDS, ont récemment permis à 123 travailleurs journaliers d’obtenir des emplois permanents au Sénégal. Les travailleurs bénéficiant de cinq à 10 ans d’expérience étaient employés à titre permanent ou étaient formés sur le tas.

65 journaliers sur 287 ont obtenu un emploi permanent chez Gandour, un fabriquant de parfums et de produits cosmétiques; 58 emplois sur 90 ont également été transformés en emplois permanents chez le fabricant de matières plastiques, Polyplast.

Si cette tendance se poursuit, davantage d’emplois dans l’industrie manufacturière deviendront stables. Cette évolution revêtait une importance pour les secteurs chimiques et de la construction, alors en croissance et donc, plus à même de créer des emplois.

Les affiliés à IndustriALL ont fait campagne pour mettre fin au travail précaire au Sénégal au cours de ces trois dernières années, et continent de lutter pour la création d’emplois décents.

La campagne contre le travail précaire, qui a eu lieu aux niveaux national, sectoriel et entrepreneurial, était adressée aux employeurs préférant offrir des emplois aux travailleurs temporaires plutôt que des emplois permanents sécurisés. Par exemple, les travailleurs journaliers recevaient des salaires inférieurs à ceux des travailleurs permanents pour un travail identique. En outre, ils ne bénéficiaient pas de la sécurité sociale en dépit du fait qu’ils étaient exposés à des risques d’accidents du travail et des maladies professionnelles.

Le coordinateur d’IndustriALL du projet relatif au travail précaire en Afrique sub-saharienne, Augustin Adakou, a déclaré que le gouvernement sénégalais devrait abroger la législation du travail, dont le Décret 70-183 sur l’emploi des travailleurs journaliers et saisonniers de 1970, car cette législation obsolète n’incitait pas à créer des emplois décents.

Figuraient parmi les autres pays ayant participé à la campagne pour mettre fin au travail précaire, le Cameroun, le Burkina Faso et le Nigeria, où des efforts similaires ont été déployés pour favoriser la création d’emplois plus stables.

Grâce à cette campagne, les affiliés à IndustriALL dans les pays participant au projet, ont syndiqué, en 2016, 4 500 travailleurs précaires; plus de 1 500 emplois temporaires sont également devenus permanents au cours de cette même année. En outre, des ateliers ont été organisés sur le droit du travail, les techniques de négociation et la négociation collective. Les affiliés ont organisé les travailleurs dans les secteurs des matériaux de construction, des produits chimiques, de l’énergie, des métaux, des mines, du pétrole et du gaz, du caoutchouc, de la pâte à papier et du papier, des textiles et des vêtements, ainsi que du cuir et des chaussures.