• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
10.000 personnes protestent à Helsinki contre les restrictions du gouvernement en matière d’allocations de chômage (photo : PRO).

10.000 personnes protestent à Helsinki contre les restrictions du gouvernement en matière d’allocations de chômage (photo : PRO).

Photo : syndicat Pro, Helsinki, Finlande

Photo : syndicat Pro, Helsinki, Finlande

10.000 personnes protestent à Helsinki contre les restrictions du gouvernement en matière d’allocations de chômage (photo : PRO). Photo : syndicat Pro, Helsinki, Finlande

Finlande : 10.000 personnes manifestent contre les restrictions du gouvernement en matière d’assurance chômage

02.02.2018

En Finlande, les syndicats ont envahi ce jour l’esplanade du Sénat à Helsinki pour marquer leur opposition à la nouvelle législation du gouvernement visant à diminuer les allocations de chômage.

Au moins dix mille travailleurs, travailleuses et syndicalistes se sont réunis à Helsinki pour protester contre la nouvelle législation qui pourrait voir les demandeurs d’emploi perdre 4.65% de leurs allocations s’ils étaient considérés comme n’étant pas suffisamment en recherche d’emploi.

La nouvelle législation signifierait que les demandeurs d’emploi devraient soit avoir trouvé 18 heures de travail sur une période de trois mois, avoir perçu un revenu professionnel d’au moins 241 euros, participé à une formation de cinq jours ou avoir été disponibles pour d’autres services proposés par l’agence pour l’emploi.

Les syndicats se sont opposés dès le début à cette proposition, qui est également en contradiction avec le Pacte de Compétitivité national et tripartite de 2016. Ce pacte avait été accepté du bout des lèvres par les syndicats à la condition qu’il n’y ait pas d’autres mesures restrictives concernant l’assurance chômage.

Jorma Malinen, président de l’affilié d’IndustriALL, le syndicat Pro, déclare dans un communiqué que les syndicats ont tenu leurs engagements, mais pas le gouvernement.

Le gouvernement a déjà fait des déclarations indiquant que les prochaines problématiques sur sa liste sont le caractère généralement contraignant des conventions collectives et la volonté de flexibiliser les salaires à la baisse. Nous sommes ici sur l’esplanade du Sénat pour nous y opposer.