• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Le Président de la Confédération des syndicats d’Indonésie KSPI et du syndicat FSPMI

Indonésie : les syndicats exigent un examen de la loi qui fixe les salaires

22.03.2017

En Indonésie, les syndicats veulent que le gouvernement abolisse une nouvelle législation qui a éliminé le rôle des syndicats dans la fixation du salaire minimum et a abouti à de faibles augmentations de salaire pour les travailleurs et travailleuses.

Auparavant, un organe tripartite composé de représentants du gouvernement local, des employeurs et des syndicats déterminait chaque année le salaire minimum dans chacune des régions, en se basant sur le coût de la vie. Le montant convenu était alors approuvé par le Gouverneur.

Cependant, la nouvelle législation, connue sous la dénomination Réglementation gouvernementale (PP) n° 78/2015 a mis fin à l’implication des travailleurs dans la fixation du salaire minimum et est basée sur les taux d’inflation et de croissance économique. Elle met de côté les conseils régionaux des salaires en mettant tout le pouvoir dans les mains du gouverneur régional.

En conséquence, les augmentations salariales en 2017 ont été extrêmement faibles.

“Le gouvernement donne la priorité aux affaires plutôt qu’au bien-être des travailleurs,” a déclaré Said Iqbal, Président de l’affilié d’IndustriALL Global Union FSPMI, le syndicat des métallurgistes.

“L’Indonésie est troisième dans le monde en termes de croissance économique. Pourquoi dès lors avons-nous d’aussi faibles hausses salariales, de l’ordre de 10 ou 20 dollars seulement ? Dans certaines villes, comme Genève ou Singapour, cela ne vous permettrait de vous offrir qu’un seul kebab. C’est très injuste, c’est une politique insensée,” a souligné Iqbal, qui est également le Président de la Confédération des syndicats d’Indonésie, la KSPI.

Les salaires en Indonésie sont miséreux. A Jakarta, qui compte les salaires les plus élevés, le salaire minimum pour 2017 est de 3,35 millions de roupies (250 dollars), soit une augmentation de moins de 20 dollars par rapport à 2016. En Java central, le salaire minimum ne dépasse pas 1.367.000 roupies (102 dollars) par mois.

“Nous avons besoin d’investisseurs dans les territoires indonésiens, mais le coefficient de Gini indique que la croissance économique n’existe que pour les riches, les investisseurs, les directions d’entreprise. Les travailleurs et travailleuses n’en bénéficient pas. Nous voulons un examen de la constitutionnalité de cette loi au niveau de la Cour Suprême,” a dit Iqbal, ajoutant qu’il saluait le soutien d’IndustriALL et de la Confédération syndicale internationale dans le cadre de leur campagne.

Le Secrétaire général d’IndustriALL, Valter Sanches, a écrit au Président de l’Indonésie, Joko Widodo, pour appeler le gouvernement à inclure les syndicats dans le mécanisme de fixation du salaire minimum, en accord avec la loi sur l’emploi du pays et les Conventions de l’OIT sur la liberté syndicale et le droit d’organisation.

“L’absence des syndicats au moment de fixer le salaire minimum a eu un effet contraire sur celui-ci au niveau régional, maintenant ainsi les salaires loin derrière le taux de croissance de l’économie,” a déclaré Sanches.