• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Réunion du Comité FAIR de Total

Réunion du Comité FAIR de Total

Le comité FAIR discute du suivi et de la mise en œuvre de l’ACM Total

09.05.2016

Ce 26 avril, les représentants syndicaux ont rencontré la direction de Total à Paris, en France, pour poursuivre les discussions sur la mise en œuvre et le suivi de l’accord-cadre mondial signé en janvier 2015 entre IndustriALL et le géant de l’énergie originaire de France.

Le Comité dit “FAIR” (Faciliter l’Application, l’Implication de tous et la mesure régulière des Résultats de l’accord) se réunit une fois par an.

Cette réunion de suivi avait pour but d’examiner l’application des dispositions de l’accord, d’identifier les bonnes pratiques et de proposer des actions pour les promouvoir. Les résultats du Groupe et ses orientations stratégiques ont également été largement évoquées.

Le Comité FAIR est composé de représentants de syndicats affilés à IndustriALL Global Union et désignés par elle. Actuellement, le comité comprend un représentant d’IndustriALL, trois salariés de pays situés hors Union européenne (Indonésie, Argentine et Nigeria) et de quatre membres du Conseil d’Entreprise européen (France, Allemagne, Belgique et Espagne).

Certaines des questions soulevées par les délégués syndicaux auprès de la direction concernaient la portée de l’accord par rapport aux différentes entreprises comme Hutchinson en Espagne. Les délégués ont exprimé leurs préoccupations quant à la garantie de la pluralité dans les pays où l’entreprise est active mais où les syndicats sont interdits. Des questions ont également été soulevées quant à savoir qui vérifie que les sous-traitants et fournisseurs respectent l’accord.

Les accords-cadre mondiaux (ACM) sont l’un des outils les plus importants que les fédérations syndicales internationales négocient pour garantir le respect des droits des travailleurs auprès des multinationales et de leurs fournisseurs. En signant l’ACM, Total s’est engagé à promouvoir le dialogue social, à pleinement respecter et appliquer les conventions de l’OIT 87 et 98, tout en maintenant une stricte neutralité par rapport au fait syndical et en reconnaissant la liberté syndicale de tous ses salariés, dont le droit de former, rejoindre et quitter des organisations de leur choix, ainsi que celui de promouvoir et protéger leurs intérêts sur le lieu de travail.

Total interdit toute communication déloyale visant à influencer les décisions de ses salariés par rapport à la représentation syndicale. L’entreprise s’engage à exclure toute forme de discrimination basée sur l’activité syndicale au niveau du recrutement et des pratiques concernant la gestion de carrière et interdit toute discrimination à l’égard de salariés ou de leurs représentants qui feraient état de revendications concernant des droits stipulés dans l’accord. L’entreprise attend aussi de ses sous-traitants et fournisseurs qu’ils adhèrent au même accord et à des principes identiques ou équivalents. Total garanti à tous les salariés du Groupe une assurance-vie qui couvre les risques liés au décès.

Total est l’une des plus grandes entreprises multinationale du pétrole et du gaz avec des activités dans plus de 130 pays et près de 110.000 salariés issus d’une large diversité de vécus et actifs au sein d’un vaste éventail de métiers. Les activités de Total couvrent toute la chaîne du pétrole et du gaz, depuis l’exploration et la production du pétrole brut et du gaz jusqu’à la production d’électricité, en passant par le transport, le raffinage et la commercialisation des produits pétroliers ainsi que le négoce du pétrole brut et de ses dérivés. Total est le deuxième plus grand acteur mondial au niveau de l’énergie solaire et un fabricant à grande échelle de produits chimiques.