• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
« Plus grand, plus audacieux et plus efficace », le groupe d’experts sur l’antidumping. Photo: AWU

« Plus grand, plus audacieux et plus efficace », le groupe d’experts sur l’antidumping. Photo: AWU

Daniel Walton en train de prononcer son discours d’accueil à la conférence. Photo: AWU

Daniel Walton en train de prononcer son discours d’accueil à la conférence. Photo: AWU

« Plus grand, plus audacieux et plus efficace », le groupe d’experts sur l’antidumping. Photo: AWU

« Plus grand, plus audacieux et plus efficace », le groupe d’experts sur l’antidumping. Photo: AWU

« Plus grand, plus audacieux et plus efficace », le groupe d’experts sur l’antidumping. Photo: AWU Daniel Walton en train de prononcer son discours d’accueil à la conférence. Photo: AWU « Plus grand, plus audacieux et plus efficace », le groupe d’experts sur l’antidumping. Photo: AWU

Le syndicat Australian Workers’ Union (AWU) appelle à agir vis-à-vis de l’acier chinois

28.02.2017

L’affilié à IndustriALL Global Union, le syndiat Australian Workers’ Union (AWU), a annoncé son intention d’engager des poursuites judiciaires contre le dumping chinois de l’acier lors de sa Conférence nationale.

Le Secrétaire national nouvellement élu, Daniel Walton, a indiqué que le syndicat déposera une plainte auprès de la Commission antidumping du gouvernement. Cette dernière est habilitée à imposer des droits de douane pour faire face au dumping.
 
« Le dumping chinois a conduit notre industrie manufacturière au bord du gouffre », a-t-il déclaré. « Il ne peut pas y avoir de place pour les fraudes commerciales ».
 
Walton a expliqué que le gouvernement australien dépense d’importantes sommes d’argent dans des projets d’infrastructure n’utilisant pas d’acier australien. Or, plus de 8 000 travailleurs de l’aciérie Arrium située en Australie méridionale sont confrontés à un avenir incertain depuis que l’usine a été déclarée en faillite en 2016.
 
AWU tient sa Conférence nationale sur la Gold Coast, dans le Queensland, cette semaine. Suite à une table ronde sur le dumping chinois au cours de laquelle les experts ont débattu des effets du dumping sur le marché intérieur et des stratégies pour le combattre, les délégués ont voté une résolution antidumping accusant la Chine d’inonder le marché international en vendant 100 millions de tonnes d’acier à des prix inférieurs aux coûts de production.
 
La résolution exhorte la Commission à instituer un droit de douane conséquent sur l’acier chinois. « Pratiquer le dumping équivaut à frauder », a-t-il déclaré.
 
La sidérurgie est en crise dans le monde entier. Les affiliés à IndustriALL luttent pour défendre ce secteur et les emplois qu’il génère. Au mois de novembre de l’année dernière, des milliers d’aciéristes ont défilé dans les rues de Bruxelles pour réclamer la mise en place de mesures antidumping.
 
Un plan d’action, engageant les affiliés à coordonner leurs initiatives pour dénoncer, en raison des pratiques commerciales déloyales, le statut d’économie de marché octroyé à la Chine, a été adopté à la Conférence sur les métaux de base d’IndustriALL, qui a eu lieu à Duisburg, en Allemagne. En 2004, l’Australie est devenue l’une des deux seules grandes économies développées ayant accordé (après la Nouvelle-Zélande) un statut d’économie de marché à la Chine, au risque de compromettre gravement ses possibilités d’action pour faire face au dumping chinois.
 
IndustriALL participera au prochain Comité de l’acier de l’OCDE, qui se tiendra les 23 et 24 mars, ainsi qu’au Forum du G20 sur la surcapacité de l’industrie de l’acier, où il se battra, avec ses affiliés, pour la mise en œuvre de mesures antidumping.
 
La Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL, Jenny Holdcroft, qui participait à la Conférence nationale d’AWU, a déclaré:
 
« Il ne s’agit ni de libre-échange ni de commerce équitable lorsqu’un pays subventionne ses propres industries aux dépens des travailleurs, de leurs emplois, de leurs familles et de leurs communautés dans d’autres pays. AWU a franchi une étape importante en demandant à son propre gouvernement de lutter contre le dumping. Nous leur apporterons notre soutien et nous travaillerons en coordination avec nos affiliés dans la sidérurgie dans le monde entier pour que les syndicats répondent d’une seule voix ».