• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

L’employeur refuse de verser des indemnités en dépit d’une décision de justice

13.07.2017

En dépit du fait que le syndicat a gagné son procès contre le plus grand constructeur automobile russe AvtoVAZ, 1.100 travailleurs et travailleuses attendent toujours de recevoir une compensation pour trois années de travail dans des conditions dangereuses.

Le 19 juin, l’affilié d’IndustriALL Global Union ITUWA, Syndicat interrégional “Association des travailleurs”, a remporté le procès contre l’employeur AvtoVAZ, après avoir tenté d’obtenir des compensations financières pour travail dans des conditions dangereuses qui n’ont pas été versées pendant plusieurs années. Plus de 1.000 travailleurs et travailleuses devaient recevoir une compensation sous forme de congés payés allant de 5 à 25 journées additionnelles pour 2014, 2015 et 2016.

Après la procédure judiciaire, durant laquelle on a vu la direction de l’entreprise forcer des travailleurs à retirer leurs requêtes, pour ensuite les menacer de renvoi, et Sergey Topolov, le président de la délégation de l’ITUWA, envoyé pour un traitement obligatoire au sanatorium de l’entreprise pour y empêcher sa participation, le syndicat a gagné le procès.

Mais en dépit de cette victoire, l’entreprise continue de refuser de donner ces congés aux travailleurs et travailleuses, en prétextant un manque de personnel et de possibles interruptions de production.

Sergey Topolov a déclaré :

“En réalité, la situation c’est que le salarié part en congé, non pas quand ça lui convient, mais quand ça convient à l’employeur.

Le syndicat a gagné au tribunal. Nous rencontrons la direction le 21 juillet. Si les problèmes ne sont pas résolus d’ici là, nous partirons alors en grève illimitée, ce qui va réduire la capacité de production.”

AvtoVAZ est le plus gros producteur de véhicules particuliers en Russie et est la propriété de l’Alliance Renault-Nissan et de l’entreprise publique russe Rostec.