• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les travailleurs de l’usine sidérurgique ArcelorMittal-Kryvyi Rih rassemblés pacifiquement

Photos d’Oleg Pavlov

Les mineurs ukrainiens continuent à manifester pour revendiquer de meilleurs salaires

17.05.2017

Les mineurs des entreprises ukrainiennes du Combinat du minerai de fer de Kryvyi Rih (KZRK) et d’Evraz Sukha Balka ainsi que les travailleurs de l’usine sidérurgique d’ArcelorMittal-Kryvyi Rih manifestent depuis plus d’une semaine pour exiger des hausses de salaire significatives. Ils ont créé un comité de grève commun pour coordonner leurs actions sous la direction de l’affilié d’IndustriALL, le NPGU (Syndicat indépendant des mineurs d’Ukraine).

Ce 16 mai, un groupe représentant les travailleurs d’Evraz Sukha Balka a lancé des négociations avec la direction. Les mineurs insistent pour que les salaires soient majorés d’au moins 20% à dater du 1er mai, avec une nouvelle augmentation graduelle de 30% d’ici à la fin août. La direction propose d’augmenter les salaires de 12% au 1er mai. Aucune des deux parties ne veut faire de concessions à ce stade.

Plus d’un millier de travailleurs de l’usine sidérurgique ArcelorMittal-Kryvyi Rih ont tenu un rassemblement pacifique le 11 mai, en solidarité avec les mineurs de KZRK et Evraz. En plus des revendications de hausses de salaires, ils veulent également l'arrêt de l’externalisation constante de salariés et de départements, le renouvellement des programmes de logements des salariés, ainsi qu’une contribution annuelle pour les journées de congés et de convalescence, entre autres. Le défilé des manifestants s’est dirigé vers les bâtiments administratifs de l’entreprise où 12 représentants ont été élus pour mener les négociations. Ils n’ont pas été en mesure de localiser le directeur général ou ses adjoints et dès lors, les manifestants ont pénétré sur les lieux et ont occupé quatre étages. Ils cherchent à obtenir une rencontre avec la direction pour lui remettre une liste de revendications. Certains travailleurs sont disposés à entamer une grève de la faim.

Auparavant, le 10 mai, des ouvriers des mines de Juvileyna et Frunze de l’entreprise Evraz Sukha Balka, appartenant entre autre au magnat Roman Abramovich, ont déclenché un mouvement de protestation sous terre, suivant l’exemple des mineurs de KZRK. La direction a interdit l’acheminement de nourriture et d’eau aux manifestants et n’est descendue dans les galeries qu’un jour et demi plus tard pour entamer les conversations.

Les travailleurs de l’unité d’aménagement de mines d’Evraz Sukha Balka et leurs familles ont affiché leur solidarité avec les mineurs qui manifestent sous terre en bloquant les accès routiers à l’entreprise et en empêchant toute expédition.

Les travailleurs des entreprises de Kryvyi Rih ont décidé de créer un comité de grève commun pour coordonner leurs actions. Yuri Samoilov, qui préside la section de Kryvyi Rih du NPGU en est devenu le président.

Mychailo Volynets, président du NPGU indique :

“Selon certaines informations, les employeurs de différentes entreprises se sont également regroupés pour ralentir le processus des négociations avec les mineurs. Ceci pourrait ruiner la foi qu’on les travailleurs et les militants syndicaux en l’obtention de la justice par des moyens de protestation pacifiques. Malheureusement, en Ukraine le dialogue social n’existe que de manière formelle et cela complique significativement le combat des mineurs en faveur de leurs droits”.

Selon le Syndicat indépendant des mineurs d’Ukraine, les revendications des mineurs en vue de hausses salariales peuvent être rencontrées, donc la lutte continue.