• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Le Comité d’entreprise nord-américain de DowDuPont s’est réuni dans la ville américaine d’Elizabethtown, dans le Kentucky, du 25 au 28 septembre 2017.

Les syndicats font part de leurs inquiétudes et de leurs revendications vis-à-vis de la méga-fusion DowDuPont

06.10.2017

L’industrie chimique mondiale a connu une série de grosses fusions et acquisitions ces deux dernières années suite à l’importante restructuration du secteur menée dans le cadre des stratégies des entreprises multinationales visant à  consolider leur position et à développer des partenariats stratégiques par ce biais.

La fusion des deux géants américains de l’industrie chimique, Dow Chemical Co et DuPont, qui a abouti à la création de DowDuPont, constitue la plus grande fusion qu’ait connue ce secteur. Les deux entreprises ont annoncé leur fusion, d’une valeur de 130 milliards de US$, en décembre 2015, laquelle a été finalisée au mois d’août dernier après l’aboutissement des procédures d’autorisation dans différents pays. Alors que le géant de l’industrie chimique nouvellement formé envisage de se scinder au cours des 17 prochains mois en trois sociétés indépendantes axées respectivement sur l’agriculture, la chimie spécialisée et la science des matériaux, les travailleurs syndiqués s’inquiètent des possibles conséquences de cette division sur les employés, leurs familles et leurs communautés.

La fusion DowDuPon a également provoqué d’autres grandes transactions dans l’industrie chimique, dont les fusions de ChemChina (Chine) et de Syngenta (Suisse) ainsi que de Bayer (Allemagne) et de Monstanto (USA). Les trois nouvelles entreprises nées des fusions de Bayer/Monsanto, Dow Chemical/DuPont et ChemChina/Syngenta contrôlent 70 pour cent du marché mondial des pesticides et 80 pour cent du marché américain des semences de maïs.

Plus tôt dans l’année, deux compagnies de gaz industriel, Linde (Allemagne) et Praxair (USA), ont annoncé fusionner pour un montant de 43 milliards de US$, tandis que l’entreprise américaine Huntstman et la société suisse Clariant ont conclu un accord de 20 milliards de US$.

Aussi, les dirigeants syndicaux représentant des milliers de travailleurs dans les activités de DowDuPont en Amérique du Nord et dans le monde entier se sont réunis dans le Kentucky, aux USA, du 25 au 28 septembre 2017.

Les participants à la réunion du Comité d’entreprise nord-américain de DowDuPont ont examiné les principaux enjeux induits par cette récente fusion.

« Les travailleurs de DowDuPont vont être confrontés à de nombreux changements et défis dans les prochains mois. Les sites syndiqués de DowDuPont à travers le monde collaborerons pour veiller à ce que leurs membres soient représentés au mieux de leurs intérêts », a indiqué Kent Holsing, président du Comité d’entreprise nord-américain de DowDuPont et président de la section locale 12075 du syndicat USW à Midland, dans le Michigan.

« Nous parlons non seulement au nom des employés syndiqués de DowDuPont mais également à celui des employés non-syndiqués qui n’ont pas la possibilité de se faire entendre. Nous préparons des mesures de suivi pour répondre à ces préoccupations », a ajouté Holsing.

La sécurité au travail, la syndicalisation des travailleurs et la nécessité d’une communication proactive entre les entreprises et les syndicats respectifs figurent parmi les autres sujets traités. La réunion a également permis de resserrer les liens au niveau international, et d’accroître le respect et la compréhension mutuels entre les lieux de travail syndiqués de DowDuPont.

Le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL Global Union, Kemal Özkan, qui a participé à la réunion par vidéo-conférence, a fait part de l’évolution des activités de la compagnie dans le monde entier. Özkan a rapporté les réactions des syndicats sur le manque d’informations et de dialogue social, la crainte quant à l’avenir des usines et des droits acquis, notamment en ce qui concerne la série de conventions collectives conclues. Les syndicats ont aussi demandé à pouvoir échanger continûment des informations et expériences, communiquer régulièrement et, au besoin, mener des actions communes.

Les participants à la réunion ont également rappelé les conclusions de la réunion tripartite de l’OIT sur la promotion du dialogue social sur la restructuration et ses effets sur l’emploi dans les industries chimique et pharmaceutique en 2011.

Les participants à la réunion de l’OIT ont convenu que « le dialogue social joue un rôle essentiel pour assurer le succès des processus de restructuration dans les industries chimique et pharmaceutique. A cet égard, pour être efficace, le dialogue social devrait:

  • avoir lieu en temps opportun, c’est-à-dire au stade le plus précoce possible;
  • se fonder sur une relation de respect mutuel dans le cadre de bonnes relations professionnelles entre les employeurs et les travailleurs ainsi que leurs organisations respectives, et s’effectuer dans un esprit de coopération et en toute bonne foi;
  • permettre d’étudier et de traiter les scénarios de restructuration possibles et leurs implications respectives pour la direction et la main-d’œuvre;
  • se baser sur un échange de vues approfondi et constructif;
  • reposer sur toutes les informations pertinentes échangées au stade le plus précoce possible par la direction  avec les travailleurs et leurs représentants;
  • faire participer les représentants des employeurs et des travailleurs et, lorsque cela est nécessaire, les entités gouvernementales concernées. »

Kemal Özkan a déclaré: « La direction de la société doit écouter les inquiétudes générées par cette fusion et exprimées par les syndicats représentants les employés de DowDupont dans le monde entier, et s’assoir pour examiner ses conséquences sur les employés. C’est l’une de nos principales revendications.

« Le travail en réseau entre les syndicats représentants les travailleurs de chez DowDupont dans le monde entier continuera. Nous sommes prêts à agir ensemble », a ajouté Özkan.

L’industrie chimique mondiale, dont le taux de croissance mondial est de 3,6 pour cent, est un en pleine expansion et l’un des secteurs d’activités les plus importants au sein de l’écosystème manufacturier, avec des ventes générant 3,9 trillions de US$. L’industrie emploie directement 20 millions de personnes environ au niveau mondial.

Ont participé à la réunion qui a eu lieu dans le Kentucky des représentants du syndicat des métallos (USA et Canada); du Syndicat international des opérateurs-ingénieurs; de Texas City Metal Trades; de la Fédération internationale des travailleurs du secteur de la chimie/UFCW; de la Conférence nationale des pompiers et des graisseurs; d’Ampthill Rayon Workers Incorporated (ARWI);  du Conseil d’entreprise de Dow Chemical-Stade (Allemagne); de UNITE (Royaume-Uni et Irlande); du syndicat des travailleurs et des employés des entreprises publiques pour l’industrie pétrochimique-SOEPU (Argentine), de CUT et Forca Sindical (Brésil); ainsi que d’IndustriALL Global Union (Genève, Suisse).