Jump to main content
IndustriALL logotype

Les travailleurs biélorusses confrontés à la répression chez Belaruskali

15 April, 2019IndustriALL Global Union condamne la violation de droits syndicaux fondamentaux chez Belaruskali, une entreprise d’engrais potassiques, à laquelle sont confrontés les adhérents du Syndicat indépendant biélorusse (BITU), un affilié.

Dans un courrier à l’entreprise daté du 11 avril 2019, le Secrétaire général d’IndustriALL, Valter Sanches, écrit :

“Nous sommes outrés par ce qui nous revient des politiques et pratiques antisyndicales menées par la direction de Belaruskali, qui se sont traduites par la démission forcée de leur syndicat d’un certain nombre de membres du BITU, notamment des travailleurs et travailleuses de Remmontazhstroy et Kaliyspetstrans.

“Ces démissions forcées ont eu lieu sous la pression de votre direction. Les travailleurs et travailleuses sont forcés de compléter des formulaires de démission du BITU qui sont préparés par des représentants de la direction. On y retrouve l’intervention directe du directeur général de Belaruskali, du directeur adjoint à l’idéologie ainsi que d’autres dirigeants de haut rang pouvant se prévaloir du pouvoir administratif au sein de l’entreprise.”

Tout récemment, au début de cette année, IndustriALL faisait état pour la première fois d’une bonne nouvelle depuis le dépôt d’une plainte en 2000 auprès de l’Organisation internationale du Travail (OIT) concernant des violations de droits syndicaux : les autorités biélorusses avaient enregistré la section locale d’un syndicat indépendant chez Remmontazhstroy, une filiale de Belaruskali.

Des syndicalistes, aussi bien en Biélorussie qu’à l’étranger, prennent la pose en solidarité avec le Syndicat indépendant biélorusse BITU

Sur cette photo : Owen Tudor, Secrétaire général adjoint de la CSI et Irakli Petriashvili, Président du CRPE-CSI

Cependant, peu de temps après, les travailleurs et travailleuses ont été confrontés à des représailles de leur administration pour cet enregistrement de leur syndicat indépendant. Immédiatement après l’enregistrement de la section locale du BITU chez Remmontazhstroy, une tentative a été faite d’enregistrer une autre section locale dans une filiale comparable, Kaliyspetstrans. Cependant, avant que ses adhérents ne tentent de faire la demande d’enregistrement officiel, la direction de Kaliyspectrans les a forcés à démissionner de leur syndicat indépendant.

Selon nos informations, la répression aurait lieu avec l’implication d’un autre affilié d’IndustriALL, Belkhimprosoyuz, aussi présent dans la même entreprise. IndustriALL mène une enquête interne et prendra le cas échéant des mesures conformes à ses statuts.

Valter Sanches a attiré l’attention des hauts responsables de l’entreprise sur le fait que ce comportement de la direction de Belaruskali “constitue une nette infraction aux normes internationales du travail, notamment de la Convention 87 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical ainsi que la Convention 98 sur le droit d’organisation et de négociation collective de l’Organisation internationale du Travail (OIT).”

Dans son courrier, Valter Sanches souligne que “Le droit des travailleurs et travailleuses à former et rejoindre des syndicats de leur choix fait partie intégrante d’une société libre et ouverte.”

Il pointe encore du doigt que ce que la direction fait à l’encontre du BITU et de ses membres “se situe clairement en violation de valeurs, principes et normes universels. Ceci n’est dans l’intérêt de personne, ni par ailleurs de celui de votre entreprise.”

IndustriALL a exhorté Belaruskali “à prendre des mesures immédiates pour mettre un terme à ces violations flagrantes des droits syndicaux à l’égard des membres du BITU.”