• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les membres de Petrol-Is protestant à l’extérieur de leurs propres bureaux après s’être vus interdire de manifester dans la capitale de la Turquie, Ankara. Photo: Petrol-Is

Petrol-Is a organisé des conférences de presse régionales après avoir été empêché de parler aux médias à Ankara.

Les membres de Petrol-Is s’exprimant devant les médias. Photo: Petrol-Is

Les travailleurs de l’industrie pétrolière se battent contre la restructuration de Turkish Petroleum

05.01.2017

Les travailleurs de l’industrie pétrolière de Turquie ont été obligés par le Gouvernement d’annuler une conférence de presse et une manifestation organisées pour lutter contre les projets de restructuration de Turkish Petroleum.

L’action de protestation, organisée par l’affilié turc à IndustriALL Global Union, Petrol-Is (le syndicat des travailleurs de l’industrie du pétrole, de la chimie et du caoutchouc), avec la participation des travailleurs de Turkish Petroleum, devait avoir lieu le 26 décembre devant le Ministère de l’Energie et des Ressources Naturelles. Néanmoins, le Gouvernement s’est servi de l’actuel état d’urgence du pays pour la faire annuler.

Les forces de sécurité ont également empêché les travailleurs d’Adiyaman, de Batman et de Lüleburgaz de se rendre à Ankara pour participer à la manifestation.

Turkish Petroleum est une compagnie pétrolière publique ayant des activités dans des secteurs en amont, à savoir l’exploration, le forage, la construction de puits et la production.

Selon le projet du Ministère de l’énergie, le Gouvernement désire transférer plusieurs activités de Turkish Petroleum à une autre société détenue entièrement par l’Etat, Turkish Petroleum International Company (TPIC), dont le siège se trouve dans un paradis fiscal.

Selon Petrol-Is, un tel transfert d’activités aura des conséquences négatives sur l’emploi en augmentant la précarité. Le syndicat insiste sur la nécessité de sauvegarder et de développer Turkish Petroleum dans l’intérêt des employés et de la population.

« Les 3 200 membres que nous comptons à Turkish Petroleum ont grandement contribué au développement de la compagnie », a indiqué le président général de Petrol-Is, Ali Ufuk Yaşar. « Nous continuerons de lutter pour maintenir la compagnie en l’état et veiller à ce qu’un tel projet ne voit jamais le jour ».

Le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, Kemal Özkan, a déclaré:  

« Les travailleurs de l’industrie pétrolière ont une grande tradition de lutte en Turquie. IndustriALL Global Union apportera tout son appui dans ce combat à son affilié Petrol-Is ».

Pendant ce temps, Petrol-Is a réorganisé plusieurs conférences de presse, qui ont eu lieu dans ses locaux à Ankara, Batman, Adiyaman et Lüleburgaz.