• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016 Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016 Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016 Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016 Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016 Photo de l’action de protestation du 15 septembre 2016

Les travailleurs de l’usine géorgienne d’engrais font monter le conflit d’un cran

22.09.2016

L’affilié d’IndustriALL Global Union en Géorgie a entamé la procédure pour déclarer un conflit du travail avec le producteur d’engrais Azot, car la direction de l’entreprise persiste à ne pas vouloir négocier avec les représentants syndicaux.

L’affilié d’IndustriALL, le Syndicat des travailleurs des industries de la métallurgie, des mines et de la chimie de Géorgie (TUMMCIWG) a également appelé le Ministère du Travail à nommer un médiateur pour résoudre le conflit.

Les quelque 2.000 travailleurs et travailleuses de l’usine n’ont reçu que moins de la moitié de leurs salaires depuis qu’Azot a mis la production à l’arrêt le 27 juillet.

Le 15 septembre, plus de 150 syndicalistes ont bravé la menace de renvoi et ont manifesté devant les bureaux d’Azot en revendiquant que la production reprenne.

Les travailleurs ont exigé que l’entreprise :

  • Reprenne ses activités
  • Verse les salaires à 100%, tel que prévu par le Code du Travail en cas d’immobilisation de l’outil du fait de l’employeur
  • Inclue les primes dans les salaires, comme pratiqué auparavant
  • Contacte les banques pour reporter les crédits
  • Augmente les salaires

Après la manifestation du 15 septembre, le propriétaire de l’usine, Roman Pipia, a annoncé que ses services recevraient à nouveau du gaz pour le 19 ou le 20 septembre et que l’usine serait relancée. Il a également déclaré que la direction travaillait déjà au renforcement des capacités de production. En principe, ceci permettrait de doubler les salaires en deux ans. Cependant, en dépit de ces promesses, l’usine est toujours à l’arrêt.

Après la réunion au cours de laquelle il s’est exprimé, M. Pipia a également discuté de la situation avec Tamaz Dolaberidze du TUMMCIWG et l’a assuré qu’il contacterait les banques pour reporter les échéances mensuelles des emprunts jusqu’au redémarrage.

Le TUMMCIWG a exprimé l’espoir que l’entreprise reprenne les négociations et que les problèmes soient résolus de manière constructive.