• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Jyrki Raina, General Secretary of IndustriALL Global Union

Jyrki Raina, Secrétaire général, IndustriALL Global Union

Nous avons besoin de plus de femmes dirigeantes !

25.08.2015

Des femmes et des hommes ensemble prennent de meilleures décisions et syndiquent davantage de travailleurs que les hommes pris séparément. C’est pourquoi nous avons besoin de davantage de femmes aux postes de direction des syndicats aux niveaux local, national et international.

IndustriALL Global Union représente 50 millions de travailleurs dans de nombreux secteurs de l’industrie, de l’énergie et des mines. Selon les statistiques de l’OIT, 75% des travailleurs de la confection sont des femmes. Le secteur avec la plus grande prédominance des hommes est celui de la construction navale et démolition des navires, avec seulement 8% de travailleuses. La moyenne dans les secteurs relevant d’IndustriALL est de 30%.

Ce chiffre a contribué à la décision prise par le Congrès de fondation d’IndustriALL à Copenhague en 2012 d’adopter des statuts qui prévoient qu’au moins 30% des membres du Comité exécutif seront des femmes.

Mais le Congrès de Copenhague a également adopté à l’unanimité un Accord Politique qui précise :

"Le Congrès de Fondation d’IndustriALL reconnaît le besoin de continuer à accroître la représentation des femmes à tous les niveaux de direction, au sein des organes décisionnels ainsi que des structures régionales et invite le Comité exécutif à mettre immédiatement en place des dispositions administratives en vue d’accroître la représentation des femmes et à prendre toutes les mesures nécessaires afin de permettre d’amender les statuts lors du second congrès d’IndustriALL en 2016.”

En 2014, nos conférences régionales en Amérique latine, Asie et Pacifique et Afrique sub-saharienne ont proposé de faire passer à 40% la représentation des femmes au niveau des postes de direction d’IndustriALL.

Même si ces décisions concernent les structures mondiales d’IndustriALL, notre but est de soulever le débat sur les changements nécessaires au sein de nos syndicats affiliés tant au niveau national que local.

Nous devons développer une culture d’égalité entre les hommes et les femmes dans les syndicats. Nous devons participer à l’émancipation des femmes et leur faire de la place au sein des structures de décision.

L’avenir des syndicats dépend dans une grande mesure de leur habilité à attirer des femmes et des jeunes travailleurs. À ce jour, il leur est difficile de s’identifier à ces hommes aux cheveux gris et clairsemés qui occupent la direction de tant de syndicats, ou de croire que cette génération d’hommes plus âgés comprenne et se préoccupe des thèmes qui ont de l’importance pour les femmes et les jeunes. La présence de diversité au niveau de la direction est importante au sein des gouvernements, des entreprises et des syndicats.

Je reconnais que nous sommes un peu confrontés au problème de l’œuf et de la poule. Il serait bon que davantage de pression vienne du niveau des usines. Mais à ce jour, l’industrie n’en fait pas assez pour attirer les femmes, bien que l’évolution de son image la rende plus attirante que par le passé. L’automatisation et les nouvelles technologies requièrent moins de force musculaire et les emplois de cols blancs sont à la hausse.

IndustriALL va continuer à mettre en œuvre des formations au leadership pour les femmes et des actions afin de défendre les droits des femmes, combattre la violence faite aux femmes et garantir le droit à la maternité. Ce ne sont pas des problématiques des femmes, ce sont des problématiques syndicales qui nous concernent tous.

Du 14 au 16 septembre prochain, je rejoindrai 300 femmes syndicalistes des cinq continents lors de la conférence mondiale des femmes d’IndustriALL à Vienne où toutes ces questions seront à l’ordre du jour. J’anticipe avec intérêt des débats animés sur la manière dont nous allons mettre en place notre pouvoir syndical mondial, hommes et femmes réunis.

Jyrki Raina

Secrétaire général