• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

IndustriALL appelle ses affiliés à suivre les impacts économiques de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. ©EC/ECHO

On s’attend à un impact d’Ebola pour les travailleurs ouest-africains

18.09.2014

Plus de 2.400 cas connus de morts sont attribuables à Ebola au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée alors qu’un nombre limité de décès est également répertorié au Nigeria et au Sénégal. L’impact économique d’Ebola dans la région sera dévastateur et le monde syndical est face à un défi pour y trouver une réponse adéquate.

Une épidémie d’Ebola dans le monde développé serait rapidement circonscrite mais l’Afrique de l’Ouest a été incapable de contenir la maladie qui se répand depuis plusieurs mois en raison de la mauvaise qualité des services de santé et de failles dans d’autres services relevant des autorités publiques. Elle a, de multiples manières, un effet dévastateur sur les services de santé. Elle a coûté la vie à des travailleurs de la santé qui n’avaient pas d’équipement de protection adéquat pour travailler en présence de patients infectés, ce qui met encore davantage de contraintes sur des ressources humaines déjà limitées pour répondre aux besoins de santé dans ces pays. Cela s’est traduit par la fermeture d’établissements de santé incapables de traiter des patients atteints d’Ebola et a laissé sans soins des milliers de personnes touchées par l'épidémie ou victimes d’autres affections.

Plus longtemps l’épidémie continuera à se répandre, plus grand sera le risque d’un impact négatif sur l’économie. Les compagnies aériennes suspendent leurs vols et les frontières avec les pays voisins ont été fermées. Les multinationales réduisent leurs effectifs et évacuent le personnel étranger des pays affectés. D’autres pays de la région ont aussi été affectés de par la peur de voir l’épidémie s’y répandre, ce qui a des conséquences sur le commerce et les activités économiques même là où il n’y a aucun cas d’Ebola répertorié.

Dans une lettre aux affiliés du Liberia, de Sierra Leone et de Guinée, le secrétaire général d’IndustriALL Global Union Jyrki Raina a exprimé sa grave préoccupation par rapport à l’impact de l’épidémie sur les travailleurs et écrit : “Nos affiliés ont un rôle important à jouer dans l’évaluation de l’impact économique au niveau du ralentissement ou de l’arrêt de production de certaines compagnies, en particulier du secteur des mines, et des implications sur les salariés en termes de mise à pied. Une attention particulière est également nécessaire par rapport à l’impact sur les travailleurs migrants.”

Certains affiliés d’IndustriALL des pays concernés ont le sentiment qu’ils devraient participer aux efforts pour contenir Ebola, en particulier en éduquant les travailleurs sur la maladie et la manière dont elle se répand. IndustriALL a encouragé ses affiliés à soutenir et collaborer avec Médecins Sans Frontières (MSF), qui a jusqu’ici fournit la réponse la plus pointue à l’épidémie.

Le Fonds Humanitaire des Métallos USW a consacré 25.000 dollars au soutien à la lutte contre Ebola en Afrique de l’Ouest en apportant des fonds à la fois à MSF et à une ONG locale qui a des liens avec le mouvement syndical et qui mène une campagne d’éducation en matière de santé publique. Le Fonds Humanitaire des Métallos USW se consacre principalement au développement de projets et à l’aide d’urgence dans les pays en développement, mais soutient également des communautés canadiennes lors de crises. Les membres des Métallos USW contribuent à ce fonds au travers de dispositions négociées au sein de conventions collectives par lesquelles certains employeurs apportent une contribution équivalente à la leur.

IndustriALL encourage également ses affiliés qui voudraient apporter leur aide à suivre l’exemple du Fonds Humanitaire des Métallos USW et à soutenir le travail de MSF et d’autres ONG crédibles sur le front de l’épidémie.