• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org)

La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org)

#heartunions

#heartunions

La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org)

La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org)

Le TUC dépose sa pétition de 200.000 signatures (photo TUC)

Le TUC dépose sa pétition de 200.000 signatures (photo TUC)

La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org)

La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org)

La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org)

La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org)

Le Conseil des Global Unions exprime son soutien à #heartunions

Le Conseil des Global Unions exprime son soutien à #heartunions

La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org) #heartunions La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org) Le TUC dépose sa pétition de 200.000 signatures (photo TUC) La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org) La campagne #heartunions dans les médias sociaux (photo heartunions.org) Le Conseil des Global Unions exprime son soutien à #heartunions

Soutien mondial à la campagne #heartunions des syndicats britanniques

13.02.2016

#heartunions est une campagne d'une semaine lancée par le Trade Union Congress (TUC) britannique pour montrer les bienfaits du syndicalisme. Mais elle entend aussi protester contre le projet de Loi sur les syndicats destiné à les affaiblir dans le pays. Les dirigeants des grands syndicats mondiaux réunis à Londres le 12 février ont exprimé leur soutien total à cette campagne.

La semaine d'action #heartunions commémore toutes les réalisations des syndicats sur les lieux de travail et dans la société au Royaume-Uni. Des adhérents de nos affiliés Unite, GMB et Community ont témoigné dans les médias sociaux du fait que devenir membre d'un syndicat a changé leurs vies.

La campagne a suscité une vague d'attention dans les médias sociaux, avec notamment jusqu'à 20.000 "tweets" par jour.

Mais elle a aussi suscité une levée de boucliers contre la proposition de Loi sur les syndicats, dont débat actuellement le Parlement britannique. Pour le TUC, il s'agit de "l'attaque la plus grave contre les syndicats qu'ait connu une génération et une menace pour le droit fondamental qu'est le droit de grève."

Le projet de Loi sur les syndicats vise à relever les minima pour les scrutins de grève, à permettre l'embauche d'intérimaires pour remplacer les grévistes, à réduire le temps dont disposent les délégués pour la représentation des travailleurs, à forcer les syndicats à mieux partager leurs informations avec les autorités et la police, et à supprimer le soutien financier qu'ils apportent au Parti travailliste, dont ils furent les fondateurs en 1900.

Le 11 février, la Secrétaire générale du TUC, Frances O'Grady, a déposé une pétition de 200.000 signatures appelant le gouvernement à revoir sa proposition de loi.

"Ce projet de Loi sur les syndicats n'a pas sa place dans une démocratie moderne. Ce n'est qu'en nous rassemblant et en faisant front que nous pourrons défendre notre droit vital de faire grève", a déclaré Frances O'Grady.

Le Conseil des Global Unions (CGU), composé des dirigeants de la CSI, du TUAC et de neuf syndicats mondiaux sectoriels, ont exprimé, à leur réunion des 11 et 12 février à Londres, leur total soutien à la campagne des syndicats britanniques contre ces attaques contre les droits fondamentaux au travail.

"Les syndicats sont un élément crucial de nos sociétés et on ne peut laisser des gouvernements antisyndicaux priver les travailleurs de leurs droits démocratiques", a déclaré le Secrétaire général d'IndustriALL Global Union, Jyrki Raina, qui préside aussi le CGU.

"Nous soutenons les travailleurs britanniques et nos affiliés dans leur combat pour le droit de grève, qui est essentiel pour garantir des conventions collectives offrant des salaires minimums décents et de bonnes conditions de travail."

Pour plus d'informations sur cette campagne : http://heartunions.org