• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Plus de 120 participants venus de 24 pays ont assisté à la Conférence mondiale d’IndustriALL Global Union de la section pâte et papier, à Budapest, en Hongrie.

De gauche à droite : Tom Grinter, Mikael Lilja, Leeann Foster, Kemal Özkan.

Affiliés d’IndustriALL à l’usine Dunapack à Budapest.

La conférence a eu lieu au siège de notre affiliée hongroise, la VDSz

Les syndicats du secteur pâte et papier affichent leur soutien à l’engagement d’IndustriALL à stopper la violence à l’égard des femmes.

Quelques déléguées féminines de la Conférence pâte et papier.

Tamás Székely, Président du syndicat hôte VDSz.

Gyula Pomázi, Secrétaire politique du gouvernement hongrois, a pris la parole lors de l’ouverture de la Conférence.

IndustriALL a rendu une visite de solidarité à l’entreprise chimique BorsodChem, à capitaux chinois, dans le nord de la Hongrie

Pendant la réunion avec BorsodChem.

Travailleurs et travailleuses du secteur pâte et papier, tous unis à Budapest

04.12.2017

Quelque 120 syndicalistes de 24 pays se sont réunis à Budapest, en Hongrie, pour la Conférence mondiale d’IndustriALL Global Union de la section pâte et papier, et ont défini un plan d’action pour les quatre prochaines années.

La réunion, qui s’est tenue les 29 et 30 novembre, avait lieu au siège de notre affilié hongrois, la Fédération de la Chimie, de l’Énergie et des Industries diverses (VDSz). Les participants ont analysé les tendances du futur, la santé et la sécurité, la négociation collective et la numérisation, entre autres sujets.

Le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, Kemal Özkan, a souligné les changements considérables qui ont eu lieu au sein de l’industrie de la pâte et papier au cours des dernières années. Alors que la demande pour les produits destinés à l’impression a baissé, le marché dans son ensemble est en croissance, en particulier s’agissant de l’emballage, des mouchoirs et de la pâte à papier.

Gyula Pomázi, Secrétaire politique du gouvernement hongrois, a pris la parole lors de l’ouverture de la Conférence. Il a soutenu que la clé du succès dans l’industrie de la pâte et papier étaient une expertise et une production spécialisées, soutenues par des politiques gouvernementales en faveur du secteur.

Numérisation

“La numérisation et la transformation du monde ont un gros impact sur le secteur pâte et papier en Hongrie et les travailleurs et travailleuses se tournent vers les syndicats pour les représenter,” a indiqué Tamás Székely, Président du syndicat hôte VDSz.

Au plan mondial, le secteur devrait atteindre 3,1% de croissance des revenus annuels avec une réduction des coûts de 4,2% par an dont la plus grosse part se fera par le biais de pertes d’emplois, a indiqué Kemal Özkan.

Les nouvelles usines de pâte et papier ont une plus grande capacité, qu’elles peuvent atteindre avec moins de salariés, a prévenu Jon Geenen de Workers Uniting North America :

“Les États-Unis ont perdu 265 usines de carton d’emballage ou plat, alors que l’industrie de l’emballage est en croissance. À leur place, il y a de nouvelles installations avec une meilleure technologie et de plus grandes capacités.”

Confrontées à un déclin du marché intérieur en termes de produits pour la presse et l’impression, les entreprises de pâte et papier au Japon se diversifient et les exportations atteignent des records, a indiqué Toshiyuki Hashimoto, Vice-président de la Fédération japonaise des travailleurs de la pâte et du papier, KAMIPA Rengo. Le secteur développe une nouvelle technologie, une nanofibre de cellulose qui est suffisamment résistante pour remplacer la fibre de carbone.

Peter Schuld, de notre affilié allemand IGBCE, a indiqué que la numérisation, soit la notion d’Industrie 4.0, appelait celle de Travail 4.0, prévenant que les travailleurs et travailleuses devront être qualifiés, de sorte à rencontrer les nouvelles exigences, et accepter de se former tout au long de leur vie.

Santé et sécurité

La santé et la sécurité professionnelles dans le secteur pâte et papier ont constitué une préoccupation majeure lors de cette Conférence. Leeann Foster, Adjointe du Président international des Métallos USW et coprésidente de la Section au sein d’IndustriALL, a indiqué que son syndicat travaillait à mettre fin au taux élevé de décès enregistrés aux États-Unis, qui est en moyenne de sept cas par an. L’industrie de la pâte et papier est le plus gros secteur de l’USW, qui y compte 600 délégations qui représentent 70% des travailleurs et travailleuses.

Brian Kohler, Directeur d’IndustriALL pour la santé, la sécurité et la durabilité, a exhorté les participants à ne pas se focaliser uniquement sur les décès consécutifs à des accidents soudains et violents, mais aussi sur les impacts pour la santé qui débouchent sur des maladies professionnelles. Pour chaque travailleur ou travailleuse qui décède d’un accident sur le lieu de travail, quatre meurent d’une maladie professionnelle, souvent non-reconnue comme telle. Il a aussi exhorté les délégués à considérer la santé et la sécurité comme un domaine fondamental des droits des travailleurs et à adopter une attitude militante intransigeante pour les revendiquer.

Denise Campbell-Burns, de la section des produits forestiers et d’ameublement du CFMEU a indiqué que des thérapies alternatives fournies par certaines entreprises étaient conçues pour faire en sorte que les salariés soient aptes au travail en tout temps, plutôt que de veiller à la santé et la sécurité sur le lieu de travail et que trop peu était fait pour supprimer les risques à la source.

Dans le cadre du plan d’action, les participants de la Conférence sont convenus de mener une série d’actions pour conscientiser à la sécurité, partager des données et prendre acte que la santé et la sécurité sont l’outil le plus efficace à notre disposition pour syndicaliser.

Durabilité

Alors que le secteur pâte et papier est potentiellement très soutenable, il n’est pas exempt de problèmes. À la suite d’un appel du syndicat brésilien CNQ/CUT, la Conférence a résolu d’enquêter sur les implications scientifiques des nouvelles technologies, comme les eucalyptus transgéniques, au niveau de la production forestière. Le gouvernement brésilien a récemment donné l’autorisation de planter des eucalyptus génétiquement modifiés, qui sont résistants à de puissants herbicides. Les effets des herbicides en contact avec le produit, l’environnement ainsi que les travailleurs du secteur eux-mêmes, sont inconnus.

Défendre les droits des travailleurs

La Conférence a exprimé son soutien aux luttes des syndicats d’Amérique latine, au vu des nouvelles législations antisyndicales dans des pays comme le Brésil, qui rendent plus difficile de syndicaliser et de négocier collectivement. De plus, des syndicalistes dans des pays comme la Colombie paient leurs activités de leur vie.

Davantage de travail sera mené pour améliorer la représentation des femmes et des jeunes au sein des activités et réunions du secteur, ainsi que pour continuer à cartographier et attribuer une priorité aux problématiques auxquelles ces groupes sont confrontés. La Conférence s’est vue exposer le succès de notre affilié indonésien FSP2KI à syndiquer des femmes travailleuses précaires du secteur. Rosalina Silva, de la CNQ-CUT, a appelé à ce que les questions de genre fassent partie des conventions collectives du secteur.

La Conférence a également affiché un soutien ferme à l’Engagement d’IndustriALL intitulé “Violence et harcèlement à l’égard des femmes : pas dans notre syndicat, pas sur notre lieu de travail.” Les participants ont été encouragés à présenter cet engagement à leur syndicat, une fois de retour, pour qu’il y soit adopté.

Renforcer le pouvoir syndical

Tom Grinter, Responsable d’IndustriALL pour l’Industrie et la Recherche, a fait un large exposé sur la situation mondiale des industries de la pâte, du papier, du carton et de l’emballage, ainsi que sur le travail mené depuis la dernière Conférence mondiale de novembre 2012 pour renforcer le pouvoir syndical dans le secteur par le biais d’accords-cadre mondiaux, de réseaux d’entreprise et d’actions de solidarité

Dans le cadre de ce plan d’action, la section pâte et papier d’IndustriALL va s’efforcer de continuer à renforcer le pouvoir syndical, à consolider les réseaux existants chez CMPC, Sappi, IP, Smurfit Kappa et Mondi, et à en mettre sur pied au plan mondial chez WestRock, Amcor et DS Smith en collaboration avec UNI Global Union. IndustriALL va également collaborer étroitement avec les fédérations syndicales internationales IBB et UNI pour aider à syndicaliser la chaîne d’approvisionnement qui va de l’exploitation forestière au secteur graphique en passant par la pâte et le papier.

En plus de poursuivre l’action des réseaux régionaux existant en Amérique latine et en Asie du Sud-Est, la section pâte et papier va consacrer des efforts particuliers au renforcement du pouvoir syndical en Europe orientale avec la poursuite du travail de soutien des affiliés en Hongrie, Pologne, Russie et ailleurs dans la région.

Les délégués ont ré-élu à l’unanimité Leeann Foster et élu Matts Jutterström, Président du syndicat Pappers de Suède, aux coprésidences de la section au sein d’IndustriALL.

À la veille de la Conférence, de nombreux participants ont pris part à la visite de l’entreprise Dunapack d’emballage carton dans la banlieue de Budapest, qui fournit de grandes multinationales de la région, comme IKEA et Unilever.

Résumant les deux journées de conférence, le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, Kemal Özkan, a déclaré :

“À mesure que le secteur pâte et papier s’étend et évolue, nous devons accroître nos collaborations pour nous assurer que les travailleurs et travailleuses ne soient pas laissés au bord du chemin. Tous les travailleurs et travailleuses sont affectés par la numérisation et les questions de santé et sécurité. Les syndicats doivent être prêts à défendre et promouvoir les intérêts de leurs adhérents. Nous avons identifié les défis et nous avons maintenant un plan d’action exhaustif sur base duquel nous pouvons aller de l’avant.”

Consultez le Plan d’Action Plan ici.

Après la conférence, IndustriALL a rendu une visite de solidarité à l’entreprise chimique BorsodChem, qui a bénéficié d’investissements chinois dans le nord de la Hongrie. IndustriALL a rencontré la direction de l’entreprise et les délégués syndicaux pour discuter des relations sociales au sein de l’usine, où 3.000 personnes sont occupées, et qui compte une forte densité syndicale avec la VDSz.