• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
IndustriALL's Kan Matsuzaki hands over pension papers to shipbreaking workers' families

IndustriALL's Kan Matsuzaki hands over pension papers to Alang shipbreaking workers' families

Women shipbreaking workers participating in union meeting for first time

Women shipbreaking workers participating in union meeting for first time

Shipbreaking organizing project evaluation meeting

Shipbreaking organizing project evaluation meeting

Women shipbreaking workers from Alang participating in the union meeting

Women shipbreaking workers from Alang participating in the union meeting

IndustriALL's Kan Matsuzaki hands over pension papers to shipbreaking workers' families Women shipbreaking workers participating in union meeting for first time Shipbreaking organizing project evaluation meeting Women shipbreaking workers from Alang participating in the union meeting

Un long combat a permis aux familles des démolisseurs de navire à Alang d’être dédommagées durablement

11.10.2012

Un combat de trois ans de IndustriALL et ses affiliés en Inde a permis aux familles des démolisseurs de navire décédés d’obtenir un dédommagement, et de renforcer le syndicat sur les chantiers de démolition des navires à Alang.

Quand le projet de syndicalisation dans l’industrie de démolition des navires a vu le jour en 2003, sous la direction de l’une des organisations fondatrices de IndustriALL (la Fédération internationale des organisations de travailleurs de la métallurgie), personne n’ignorait parmi les gens du lieu que chaque fois qu’un démolisseur de navire trouvait la mort dans un accident du travail, son corps était jeté à la mer sans cérémonie. Comme la plupart des travailleurs étaient des migrants qui n’étaient pas enregistrés, personne ne prenait la peine de poser des questions, de rechercher la famille ou de faire des démarches contre l’employeur. Telle était la situation avant que les travailleurs aient un syndicat.

Dans la vidéo “Into the Graveyard” (dans le cimetière) réalisée en 2010 par l’affilié de IndustriALL chargé du projet, le syndicat Mumbai Port Trust & Dock & General Workers Union, Vidyadhar Rane, secrétaire général du syndicat des démolisseurs de navires raconte l’histoire poignante de six travailleurs tués en août 2009 lors d’un accident du travail survenu sur le chantier de démolition des navires à Alang. Deux travailleurs venaient de Uttar Pradesh, la famille des quatre autres habitait Piperla Village à Gujarat, situé à 3 km du chantier.

Le syndicat, l’association de recyclage de navires de Alang Sosiya et des industries diverses (ASSRGWA), a porté l’affaire au plus haut niveau des instances judiciaires, et demandé l’ouverture d’une enquête spéciale, ce qui a permis d’obtenir pour la première fois dans l’histoire à Alang, un dédommagement financier pour les 6 travailleurs décédés. Cela a demandé au syndicat 3 années de ténacité et un engagement inébranlable pour obtenir finalement, en septembre 2012, une pension mensuelle de la caisse de prévoyance pour les veuves et pour la famille des travailleurs de Piperla Village.

La semaine dernière, le 3 octobre, une délégation syndicale de Alang et de Mumbai en Inde, des bureaux central et régional de IndustriALL et de Bondgenoten/FNV Mondiaal aux Pays-Bas, a rencontré les familles des travailleurs décédés en août 2009 sur le chantier de démolition des navires, pour leur remettre les précieux documents qui les habilitent à toucher une pension.

La délégation syndicale internationale venait directement de la réunion d’évaluation et de planification de projet de IndustriALL, qui avait eu lieu dans les environs à Bhavnagar, les 3 et 4 octobre. La réunion a examiné les recommandations présentées par un évaluateur extérieur pour le FNV Mondiaal et sur la possibilité de continuer à soutenir l’opération de syndicalisation à Alang.

Le syndicat des démolisseurs de navires à Alang a maintenant environ 10.000 membres sur une main-d’œuvre totale de 40.000 à 50.000 travailleurs, et le syndicat de Mumbai a plus de 3.500 membres.  Le syndicat s’est développé chaque année et a obtenu des résultats importants pour les travailleurs, parmi lesquels:

  • la reconnaissance de la démolition des navires en tant qu’industrie programmée, permettant ainsi à la main-d’œuvre d’exiger un salaire minimum,
  • un accès à l’eau potable sur les chantiers,
  • la fourniture d’équipement de protection individuelle, et
  • l’assurance d’un dédommagement, de prestations de sécurité sociale et d’une pension pour les familles dans la mesure du possible.

L’un des principaux défis encore devant nous concerne la façon de créer  une structure tripartite permettant d’engager un dialogue social afin d’améliorer les conditions générales de travail sur les chantiers de démolition des navires. À Alang où les employeurs de démolition de navires louent chacun leurs lots qui peuvent donner du travail à 50 et jusqu’à 2.000 travailleurs, embauchés par quelque 182 entrepreneurs qui fournissent une main-d’œuvre bon marché, le syndicat doit actuellement se battre cas par cas, lot par lot, sans pouvoir négocier collectivement une amélioration générale des horribles conditions de travail sur le chantier

Et comme le mentionne Vidyadvar Rane:

L’un des principaux résultats, c’est que la majorité des participants à cette réunion est maintenant composée de démolisseurs de navires de Alang et de Mumbai, qui sont venus discuter ensemble de leur situation, et prévoient de renforcer leur syndicat pour défendre leurs droits

Pour la toute première fois, la réunion était heureuse d’accueillir deux jeunes travailleuses qui ont informé le syndicat des conditions de travail encore plus précaires de 1.500 à 2.000 femmes qui travaillent sur les chantiers, et demandé le soutien du syndicat pour obtenir une égalité de rémunération, une sécurité d’emploi et des équipements de protection.

Il a fallu constater tristement que malgré toutes les bonnes nouvelles concernant le développement du syndicat et les progrès réalisés pour bénéficier de prestations, la mort de 6 jeunes travailleurs survenue le 6 octobre 2012 a permis de rappeler aux autorités les terribles conditions auxquelles les travailleurs sont toujours confrontés en dépit des meilleurs efforts du syndicat.

IndustriALL est scandalisé par cette perte tragique de vies humaines et soutient fermement la plainte présentée par ASSRGWA aux autorités concernées, notamment aux autorités portuaires, aux inspecteurs du travail et au commissaire adjoint du Travail, en demandant l’ouverture d’une enquête spéciale sur l’accident.  IndustriALL continuera de contrôler de près et de coordonner avec son affilié toute action future jugée nécessaire.