• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Un secteur de la pâte et de la cellulose voudrait créer une fédération dans une région

02.08.2016

Plus d'une trentaine de dirigeants de syndicats de l'industrie du papier et de la cellulose d'Amérique latine ont échangé des idées à propos de la constitution d'une fédération, ce qui contribuerait à la création de réseaux et au renforcement de l'industrie dans la région.

"Nous voulons créer un réseau de travailleurs en Amérique latine, sans entrave politique. Nous voulons renforcer le secteur du papier et améliorer les droits des travailleurs en promouvant l'unité et améliorant la syndicalisation partout où nous le pouvons. L'idée est de protéger, de conjuguer nos forces, de croître et d'encourager les syndicats participants à s'affilier à IndustriALL," explique Washington Cayaffa, de la FOPCU, en Uruguay.

Les syndicats du secteur du papier et de la cellulose de la région affiliés à IndustriALL Global Union se sont réunis à Montevideo, en Uruguay, les 26 et 27 juillet. Le but était d'échanger des expériences et de se tenir au courant de la situation du secteur dans des pays tels que l'Argentine, le Chili, le Brésil, l'Uruguay et la Colombie.

"Cette réunion se tient à un moment très important pour la région. Le monde est en crise et le mouvement syndical se bat pour atténuer ses effets. Le grand capital et de nombreux gouvernements voudraient supprimer ou changer les droits des travailleurs pour réduire l'impact de cette crise," a expliqué Jorge Almeida, le Secrétaire régional d'IndustriALL, au début de la réunion.

Des représentants de syndicats brésiliens ont expliqué que, bien que le secteur de la cellulose ne soit pas en crise dans leur pays, ils sont prêts à aider des pays en difficulté. Ils ont aussi invité les syndicats à rejoindre la Fédération des syndicats de l'industrie du papier du Mercosur (FESPAM) qui s'est créée en 1986. Ils ont invité tous les syndicats de la région à le faire, même s'ils ne font pas partie du bloc commercial du Mercosur. Le but de cette fédération est de rassembler les syndicats pour répondre aux problèmes qui affectent tous les travailleurs, comme le travail précaire, les bas salaires et l'externalisation.

"Le cancer de l'externalisation est un problème de dimension mondiale. Heureusement, en Amérique latine, nous sommes en mesure d'organiser les syndicats et de nous développer. Nous devons créer des réseaux afin que, dans chaque pays, chaque syndicat progresse autant que possible," a déclaré Arturo Cajamarca de SINTRACOL, Colombie.

Les syndicats présents à la réunion ont déclaré vouloir qu'IndustriALL joue un rôle prépondérant dans le secteur de la cellulose qui devient une industrie de premier plan dans la région. Tom Grinter, Responsable de la recherche à IndustriALL, qui représentait le siège du syndicat mondial, a dit que le but est de s'unir et d'œuvrer ensemble pour obtenir des améliorations pour tous.

Le représentant régional de la fondation finlandaise SASK, Patricio Samborino, a insisté sur le soutien de son organisation :

"En Finlande, les industries du papier et de la cellulose sont les deuxième et troisième sources de recettes du pays. Ce secteur est extrêmement important pour l'ensemble du pays. Nous ne devons pas nous laisser isoler; nous devons agir ensemble, tout comme le font les entreprises. Nous ne devons pas nous laisser mettre de côté. Le but est de créer des réseaux dans une même structure qui nous unit tous. L'idée est de lutter pour les droits des travailleurs et de proposer aux gouvernements une nouvelle manière de développer le secteur," a déclaré Patricio.

Les travailleurs ont élaboré un plan d'action pour améliorer la communication entre les participants afin de renforcer le réseau syndical et de promouvoir la solidarité. Tous ceux qui étaient là ont souligné qu'il est important d'agir pour combattre les problèmes que rencontrent les travailleurs du secteur, comme l'externalisation et le travail précaire.

Les participants estiment que les lettres envoyées aux entreprises et aux gouvernements pour exprimer des messages de solidarité et de soutien sont efficaces mais que ce n'est pas suffisant. Il faut renforcer la solidarité internationale en améliorant les communications par le biais de réseaux dédiés à l'action mondiale.

Ils ont décidé de préparer des lettres à l'attention du préfet de Coelho Neto, dans l'État de Maranhão, au Brésil, et au gouverneur de ce même État, pour plaider la cause des travailleurs employés par Agrimex SA et Itapagé SA., qui sont en grève depuis quatre mois parce que ces entreprises refusent de leur verser les salaires et les prestations qu'elles leur doivent.

Le Secrétaire général adjoint d'IndustriALL Global Union Kemal Özkan a conclu en ces termes :

"Lorsqu'un conflit éclate, en particulier dans le secteur du papier, nous devons réfléchir et anticiper l'action que nous devrons mener pour surmonter d'éventuels défis. Mais il est tout aussi important de se doter de communications efficaces. Nous devons pouvoir utiliser la technologie et forcer les employeurs et les politiciens à s'intéresser à nous, parce que nous devons interagir avec les gouvernements, les partis politiques et les employeurs si nous voulons avoir la moindre influence sur eux.

"C'est pourquoi ces réunions ont une telle importance. Il est essentiel de coopérer et de créer des réseaux régionaux et participer à des réseaux mondiaux. Il faut que les gens s'impliquent dans ce processus," a-t-il ajouté.