• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Un tribunal provisoire décide que Mark Lyon va ‘vraisemblablement’ retrouver son emploi chez Ineos

12.03.2014

Un tribunal provisoire a déclaré que le syndicaliste Mark Lyon, employé chez Ineos et qui a été licencié, retrouvera ‘vraisemblablement’ son emploi quand l’affaire sera pleinement examinée dans le courant de l’année. Il a également ordonné à Ineos, entreprise appartenant au géant de la pétrochimie, à verser intégralement à Mark Lyon les salaires de février à l’audience.

Mark Lyon, secrétaire des délégués syndicaux de l’affilié de IndustriALL Global Union, Unite the Union, a été mis à pied sous de fausses accusations en février dernier. Après 25 ans de service à l’usine pétrochimique Ineos à Grangemouth, Mark a été jugé en son absence par la direction de Ineos pour ne pas avoir mis fin aux commentaires du syndicat sur les articles de presse concernant la peur de perdre son emploi dans l’usine. Il a été licencié par la suite.

Estimant que Ineos était déterminé à engager le plus vite possible un procès disciplinaire contre M. Lyon, en ne donnant pas à ses représentants juridiques le temps nécessaire pour préparer sa défense, Unite a fait appel à la décision de l’entreprise et porté l’affaire au tribunal du travail pour licenciement abusif et représailles pour raison syndicale.

Le 7 mars, dans un coup porté à l’entreprise pétrochimique, le tribunal a statué que M. Lyin allait ‘vraisemblablement’ gagner son procès pour licenciement abusif quand il sera jugé par un tribunal au complet, et a ordonné à Ineos de verser les salaires dus jusqu’à l’audience en règle qui aura lieu dans quelques mois.

Commentant la décision, le directeur juridique de Unite, Howard Beckett, déclare:

“Nous approuvons cette décision provisoire qui accorde à M. Lyon une sécurité financière jusqu’à la séance du tribunal au complet où tous les témoignages seront entendus.

“Ineos doit mettre fin à son hostilité contre la main-d’œuvre et assurer qu’il n’y a pas de représailles envers les délégués sur le lieu de travail, avant que la fuite des cerveaux et des compétences sur le site ne devienne un torrent qui menace la survie du site. 

Jyrki Raina, secrétaire général de IndustriALL, déclare:

“Il est absolument inacceptable d’engager des représailles à l’encontre de responsables syndicaux. L’audience provisoire assure ce que nous disons, et nous espérons que Ineos prête attention.”