• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Les membres du NUM de Cooke 4 s’étaient joints à la marche du NUM à Carletonville, Afrique du Sud, en juin 2016. Photo : NUM

Les membres du NUM de Cooke 4 s’étaient joints à la marche du NUM à Carletonville, Afrique du Sud, en juin 2016. Photo : NUM

Le NUM est résolu à combattre les licenciements de Cooke 4. Photo : NUM

Le NUM est résolu à combattre les licenciements de Cooke 4. Photo : NUM

Les membres du NUM de Cooke 4 s’étaient joints à la marche du NUM à Carletonville, Afrique du Sud, en juin 2016. Photo : NUM Le NUM est résolu à combattre les licenciements de Cooke 4. Photo : NUM

1.700 emplois menacés dans une mine d’or sud-africaine

14.07.2016

L’affilié d’IndustriALL Global Union, le Syndicat national des Mineurs (NUM), déclare être déterminé à combattre la suppression de 1.702 emplois à la mine d’or et d’uranium Cooke 4 en Afrique du Sud.

Le NUM s’est déclaré choqué et attristé par l’annonce reçue de Sibanye Gold du licenciement de pratiquement l’ensemble de la main d’œuvre du site de Westonaria, à l’ouest de Johannesburg.

Dans une déclaration datée du 11 juillet, le NUM appelait le Ministre des Ressources naturelles et minières, Mosebenzi Zwane, à intervenir instamment pour arrêter ces licenciements qui laisseraient des centaines de mineurs et les communautés avoisinantes dans une situation de dèche.

"Le NUM va se battre bec et ongles pour s’assurer que ses membres ne soient pas licenciés à la légère. Le NUM reste déterminé, engagé, dévoué et inébranlable dans la défense des mineurs. Le NUM ne veut pas voir des mineurs se faire licencier. Nous allons interpeler Sibanye Gold,” déclare le syndicat.

Sibanye a l’intention de fermer le puits déficitaire de Cooke 4 pour se concentrer sur les activités de Cooke 1, 2 et 3. Cependant, le NUM affirme que la mine a été déficitaire en raison d’une mauvaise planification au niveau de la main d’œuvre et de la production.

Le NUM indique que l’entreprise a négligé de fournir l’équipement adapté aux besoins pour atteindre les objectifs de production et que les opérations de pompage de l’eau coûtent 18 millions de rands (1,25 million de dollars) par mois.

Cooke 4 pourrait pourtant dégager des bénéfices, soutient le NUM, si Sibanye recrute de nouveaux salariés qualifiés, modifie l’infrastructure et résout les problèmes géologiques posés par le sous-sol.

“Alors que tant d’emplois et de moyens de subsistance sont en jeu, nous exhortons Sibanye Gold à explorer toutes les voies possibles pour sauver la mine de Cooke 4 et à consacrer les personnes et les ressources qui conviennent pour y parvenir,” a déclaré le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL Kemal Özkan.

Le NUM tiendra sa première réunion avec Sibanye Gold sous les auspices de la Commission de Conciliation, de Médiation et d’Arbitrage ce 20 juillet. Le NUM rencontrera tous les salariés concernés.