• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Argentine: les chefs d’équipe de la métallurgie en état d’alerte

10.07.2013

La Asociación de Supervisores de la Industria Metalmecánica (ASIMRA), affiliée à IndustriALL, a mis ses membres en état d’alerte face au refus des employeurs de discuter des changements à apporter aux catégories de classification des emplois établies dans la convention collective en vigueur.

Le syndicat, dirigé par Luis García Ortiz, a publié un communiqué de presse dénonçant le refus par les employeurs des revendications du syndicat portant sur un relèvement des salaires et sur des changements dans le système de classification des emplois dans les secteurs de la fabrication et de l’administration dans l’industrie. Le syndicat accuse les employeurs de ne pas respecter les clauses de l’accord sur le maintien des catégories d’emploi dans la révision en cours pour tenir compte des nouvelles méthodes de production et des nouvelles technologies. ASIMRA accuse les employeurs d’essayer ¨de nous faire croire que l’industrie argentine fonctionne comme un atelier de mécanique de village”.

Le syndicat a organisé, lundi 1er juillet, un rassemblement devant les bureaux de la fédération des employeurs a moment où les employeurs tenaient une réunion au ministère du Travail. Roberto Martín Navarro, secrétaire de l’ASIMRA, a dit que le syndicat voulait une révision du système de classification des emplois. Il a expliqué que le syndicat était venu à la table des négociations pour une “mise à jour des aspects fondamentaux de l’accord. Quand ils n’acceptent pas ce que nous demandons, ils commencent toujours à parler de sommes forfaitaires à nous verser. Nous avons exigé d’obtenir des changements dans le système de classification des emplois établi dans la convention collective, afin d’aligner cet accord sur les nouvelles technologies et les nouvelles méthodes de production”.

Navarro a ajouté que les catégories dans le tableau en vigueur de la classification des emplois, “ont été établies en 1975 et en 1994. Nous pensons que les choses ont changé depuis, notamment le rôle des chefs d’équipe, et nous espérons que les employeurs feront une révision de la situation pour mettre les choses à niveau en fonction de la situation actuelle”.

Il a dit que le syndicat a mis ses membres en état d’alerte et a demandé la médiation du gouvernement pour parvenir à un accord.

IndustriALL s’est déclaré solidaire de ses collègues de l’ASIMRA dans la lutte menée par le syndicat pour obtenir des améliorations aux conditions de ses membres.