• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Bangladesh : des travailleurs et travailleuses de la confection se battent pour la reconnaissance légale de leur syndicat

20.03.2017

Les travailleurs et travailleuses de l’usine Orchid Sweater au Bangladesh appellent à un soutien solidaire après que leurs tentatives visant à obtenir un enregistrement formel de leur syndicat ont été à plusieurs reprises rejetées depuis février 2016.

Les travailleurs et travailleuses de l’usine de Orchid Sweater Ltd tentent de faire enregistrer officiellement un syndicat depuis février 2016 et le Directeur adjoint au travail (DAT) a rejeté à plusieurs reprises leur demande sur des bases infondées.

Lorsque la direction a pris conscience des initiatives des travailleurs s’est déclenché de sa part un déferlement de harcèlements et de menaces de licenciement à l’encontre des responsables du syndicat en gestation.

En novembre 2016, les travailleurs et travailleuses ont recruté davantage d’entre eux dans les rangs du syndicat et ont à nouveau présenté une demande visant à son enregistrement. Bien que tous les documents requis étaient présents, le DAT a de nouveau rejeté l’enregistrement du syndicat sur des bases non fondées.

Les travailleurs et travailleuses ont fait une troisième tentative et ont demandé l’enregistrement du Syndicat des travailleurs de Orchid Sweater en janvier 2017. Le DAT devrait prendre sa décision pour le 24 mars.

Munni Begum, qui travaille à l’assemblage, déclare :

“J’ai rejoint le syndicat pour pouvoir collectivement soulever des questions auprès de la direction, le ministère du travail devrait immédiatement accorder l’enregistrement du syndicat.”

Les travailleurs et travailleuses d’Orchid appellent maintenant à la solidarité, car leur préoccupation est qu’une collusion entre la direction et les fonctionnaires du gouvernement ne les prive à nouveau de leur droit à la liberté syndicale et à la négociation collective.

Shafikul Islam, qui opère au tricotage, indique :

“Quiconque exprime des préoccupations par rapport à son salaire se retrouve la cible d’insultes et se fait renvoyer de son travail. C’est pour protester contre cette attitude anti-ouvrière et pour défendre nos droits que nous avons formé un syndicat.”

Chandon Kumar Dey, de la BIGUF, Fédération syndicale indépendante des travailleurs de la confection du Bangladesh, affiliée à IndustriALL, déclare :

“Il est extrêmement préoccupant que les travailleurs et travailleuses de Orchid Sweater Ltd. se soient vus refuser à plusieurs reprises l’enregistrement de leur syndicat au cours des deux dernières années. La BIGUF va continuer à lutter en faveur des droits légitimes des travailleurs."

Christina Hajagos-Clausen, Directrice de la section de la confection et du textile d’IndustriALL ajoute :

“IndustriALL soutient leur droit à former un syndicat : il est inacceptable que ces travailleurs et travailleuses se voient constamment priver de leur droit à la liberté syndicale et à la négociation collective. La direction doit appliquer la loi et engager le dialogue avec le syndicat.”

L’usine de Orchid Sweater Ltd emploie actuellement environ 2.250 personnes.