• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

« Abandonner les poursuites judiciaires contre les travailleurs de l’habillement »

Bangladesh: plus de 11 600 travailleurs de l’habillement ont perdu leurs emplois et sont l’objet de répression

11.02.2019

Une vague massive de protestations des travailleurs de l’habillement en faveur d’une augmentation du salaire minimum a déferlé sur l’industrie du vêtement au Bangladesh en décembre 2018 et en janvier 2019. La répression étatique qui a suivi a abouti à des arrestations et à des licenciements massifs dans plus d’une centaine d’unités de fabrication de vêtements.

Selon une estimation fournie par le Conseil d’IndustriALL pour le Bangladesh, l’organe de coordination national des affiliées à IndustriALL Global Union, plus de 11 600 travailleurs ont perdu leur emploi.

Beaucoup d’entre eux, en particulier des travailleurs de grades élevés, ont été forcés de démissionner, pour que les compagnies ne payent pas des salaires plus élevés et des prestations sociales. Les licenciements s’inscrivent dans le cadre des hausses marginales des salaires annoncées après les manifestations de protestation.

Les employeurs et la police ont déposé plainte contre plus de 3 000 travailleurs non identifiés; environ 70 ont été arrêtés, dont certains ont été libérés sous caution. Au début de l’année, un travailleur a été tué et beaucoup d’autres blessés au cours des manifestations.

Des semaines après les protestations, de nombreux travailleurs craignent toujours d’être arrêtés sous de fausses accusations. Un grand nombre d’entre eux ont été menacés physiquement par des hommes de main recrutés pour les faire cesser de revendiquer des salaires plus élevés.

Les travailleurs licenciés ont du mal à trouver un nouvel emploi, du fait que les données biométriques liées à leurs antécédents professionnels sont utilisées pour identifier les travailleurs et refuser de les embaucher sur la base de leur implication dans les activités et les manifestations syndicales.

Valter Sanches, Secrétaire général d’IndustriALL Global Union, a déclaré:

« Nous sommes scandalisés de voir les fausses accusations, les arrestations, les licenciements et les menaces de violence contre les travailleurs déclenchés par les employeurs et l’appareil étatique.

 « Les employeurs et les marques doivent mettre fin au climat de peur parmi les travailleurs et créer un milieu de travail qui respecte le droit à la liberté syndicale et reconnaisse effectivement le droit à la négociation collective des travailleurs ».

Salauddin Shapon, Secrétaire général du Conseil d’IndustriALL pour le Bangladesh, a indiqué:

« Les arrestations ciblaient les dirigeants syndicaux et autres responsables, et bénéficiaient de l’appui tacite des employeurs afin de paralyser les activités syndicales. Le harcèlement doit cesser immédiatement. Les employeurs et le gouvernement doivent abandonner toutes les fausses accusations contre les travailleurs, et tous les renvois et suspensions injustes. Les employeurs devraient payer les salaires annoncés par le gouvernement ».

Les travailleurs suspendus et licenciés travaillaient pour des entreprises fabriquant des vêtements pour des marques mondiales, dont H&M, Inditex, KiK, Voegele, LIDL, Mango, Next, Matalan, VF, Takko, ALDI, Marks & Spencer, Puma, Wal Mart, JC Penny, Tesco, Stanley Stella, et bien d’autres.

Salaires minimum actuels au Bangladesh

Grades

Salaires mensuels bruts en 2018

 

US$

1

8000

94,69

2

8420

99.66

3

8875

105

4

9347

110.63

5

9845

116.5

6

15416

182.4

7

18257

216