• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Des syndicats au Burkina Faso et au Sénégal se défendent contre le travail précaire

01.12.2016

La vie de centaines de travailleurs et travailleuses précaires s’est vue spectaculairement améliorée grâce aux syndicats après leur régularisation et syndicalisation dans le cadre d’une campagne contre le travail précaire.

Des affiliés d’IndustriALL Global Union du Burkina Faso et du Sénégal se sont réunis les 30 novembre et 1er décembre à Ouagadougou pour faire le point sur les avancées obtenues par leur combat contre le travail précaire. À la fois au Sénégal et au Burkina Faso, nos affiliés ont combattu activement le recours abusif, des années durant, à des contrats journaliers ou a durée déterminée.

En septembre dernier, après plusieurs mois d’un conflit du travail sur le site minier de Bissa Gold, propriété de Nord Gold au Burkina Faso, 750 travailleurs temporaires ou à durée déterminée, ont obtenu des contrats permanents. Deux cents travailleurs d’agences d’intérim devraient être employés directement en tant que salariés permanents par Bissa Gold.

C’est le résultat d’une campagne active et d’une exposition médiatique menées par l’affilié d’IndustriALL, la Fédération des Industries Diverses (FID) et sa confédération, la CNTB, avec le soutien d’IndustriALL.

Nord Gold a annoncé qu’elle allait verser aux travailleurs toutes les heures supplémentaires et tous les congés payés que leur devait son sous-traitant, Exterhum, tel qu’exigé par les travailleurs. Le cas des 116 travailleurs illégalement licenciés en octobre 2015 est toujours en attente d’une décision définitive de la part du tribunal du travail.

Au Burkina Faso, en 2015, la FID et la Fédération Nationale des Travailleurs du Textile, de l’Habillement et du Cuir (FNTTHC) a recruté 548 nouveaux adhérents issus de la main d’œuvre précaire. Les affiliés vont mener des actions conjointes ce 7 décembre pour dénoncer une législation du travail adoptée en 2008 et exiger sa révision. Celle-ci permet la reconduction illimitée des contrats à durée déterminée. Depuis l’adoption de cette loi, le nombre de contrats à durée déterminée a explosé.

En 2016 au Sénégal, le Syndicat Unique des Travailleurs des Industries Diverses du Sénégal (SUTIDS) a négocié avec succès la régularisation de 218 travailleurs journaliers et à durée déterminée sur les 996 travailleurs précaires occupés par 15 entreprises du secteur de la chimie.

Le Syndicat National des Travailleurs des Industries Chimiques et Activités Rattachées du Sénégal (SYNTICS) a recruté avec succès 316 travailleurs précaires. La vie de ceux qui ont été régularisés a changé du tout au tout. Non seulement leurs salaires ont augmenté, parfois doublé, mais ils ont accès, et leurs familles avec eux, aux soins de santé tout en bénéficiant d’un équipement de protection adéquat.

En 2015, les syndicats ont lancé une campagne pour limiter le recours à des travailleurs journaliers dans leurs pays. À la suite de cela, en 2016, ils négocient un amendement à la législation sur le recours au travail journalier au sein de l’organe tripartite national.

L’amendement vise à interdire le recours au travail journalier au niveau des activités principales et à fournir aux journaliers une couverture médicale et une protection sociale. Les affiliés ont prévu une autre journée d’action en décembre pour mettre la pression sur les employeurs et le gouvernement. Les affiliés d’IndustriALL sont parvenus avec succès à entraîner la mobilisation de différents syndicats et confédérations des services et de l’agriculture pour cette campagne.