• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Éruption de violence en Tunisie contre un syndicat

06.12.2012

IndustriALL Global Union se joint aux protestations à Tunis et condamne les violentes attaques contre des membres de l’UGTT et contre leur siège, qui ont occasionné des dizaines de blessés.

Les syndicalistes ont été attaqués le 4 décembre par des groupes de casseurs alors qu’ils se préparaient à partir du siège de l’UGTT pour une marche pacifique destinée à commémorer le 60e anniversaire de l’assassinat de Farhat Hached, dirigeant historique des mouvements syndicaux et d’indépendance nationale de la Tunisie.

Prenant la parole à Tunis, Fernando Lopes, secrétaire général adjoint de IndustriALL Global Union, a déclaré: “IndustriALL Global Union se tient aux côtés de son affilié, la fédération des travailleurs de la métallurgie et de l’électronique – UGTT et condamne les attaques contre cette organisation syndicale. L’UGTT est une force déterminante dans la révolution et se bat pour la démocratie et la justice sociale”.

Les Tunisiens et Tunisiennes se préparent à célébrer le deuxième anniversaire de leur révolution le 14 décembre. Le syndicat a décrété une grève nationale pour le 13 décembre et les grèves régionales commencent aujourd’hui, 6 décembre, dans les 5 régions du sud de la Tunisie dans la période préparatoire à l’anniversaire. L’organisation syndicale exige:

  • un changement au ministère de l’Intérieur et la nomination d’un ministre indépendant des partis au pouvoir,
  • la dissolution immédiate des soi-disant “cellules de sauvetage de la Révolution”. Après la révolution, le gouvernement a créé 24 cellules, une pour chaque région, et ces cellules lancent maintenant des attaques contre des lieux de travail et des syndicats.

Tahar Barberi, secrétaire général de la Fédération générale de la métallurgie et de l'électronique – UGTT, a déclaré: “Les partis politiques qui sont actuellement au gouvernement veulent que l’UGTT s’éloigne des demandes de la révolution et s’occupent seulement de revendications sociales. Mais nous savons tous que l’UGTT est l’organisation qui était à la tête de toutes les mobilisations qui ont eu lieu après le 17 décembre 2010 jusqu’à la chute du régime le 14 janvier 2011. L’UGTT est la seule organisation nationale qui préserve l’espoir et les revendications, les changements basés sur les attentes de notre population. Nous ne reviendrons pas sous la dictature”.

Les affrontements violents à Tunis le 4 décembre font suite à ceux qui ont eu lieu une semaine auparavant dans la région de Siliana. Un appel de l’UGTT pour une grève générale pour exiger la prise de mesures réelles destinées à s’attaquer au chômage dans cette région désavantagée ont fait au moins 252 blessés par l’action des forces de sécurité, qui ont tiré sur des manifestants de face et à courte distance.

“IndustriALL Global Union continuera de soutenir son affilié en Tunisie dans le combat mené pour une société libre et juste. Demain 7 décembre, IndustriALL se joindra aux travailleurs et travailleuses dans la rue pour protester contre ces récentes attaques perfides et exiger que leurs auteurs soient identifiés et jugés” a déclaré Fernando Lopes de IndustriALL.