• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Inde: grève de la faim à l’usine Volkswagen

12.01.2018

11 représentants syndicaux du syndicat des employés de Volkswagen à Pune, en Inde, ont entrepris une grève de la faim pour protester contre le projet de la direction de mettre en place un nouveau système de rémunération comprenant un élément de salaire basé sur les résultats.  

La ronde de négociation actuelle a commencé fin 2016. Néanmoins, après 14 mois, aucune solution n’a encore été trouvée sur le principal point de désaccord concernant la façon de mettre en place la part salariale fondée sur les résultats. Peu fréquent dans l’industrie automobile indienne, ce système est déjà appliqué dans la majorité des usines Volkswagen à travers le monde.

Volkswagen veut appliquer une rémunération divisée entre une part fixe de 80 pour cent à laquelle vient s’ajouter une part de 20 pour cent basée sur les résultats. En outre, de nombreux travailleurs devront faire face à une baisse importante de leur salaire au cours de la période de mise en œuvre.

Les travailleurs sont entrés aujourd’hui dans leur cinquième jour de grève, dont les effets ne se sont pas fait attendre puisque deux d’entre eux ont déjà été hospitalisées. La direction n’a toujours pas réagi.  

Le syndicat des employés de Volkswagen, qui représente les travailleurs protestataires, a indiqué qu’ils avaient décidé de « jeûner jusqu’à la mort » en voyant que les négociations n’avaient rien donné.

« Nous avons eu recours à la grève de la faim, mais nous n’avons pas l’intention d’arrêter la production, et donc nos membres n’ont pas cessé de travailler », a souligné Mashe Tushar, Secrétaire général du syndicat des employés de Volkswagen.

Georg Leutert, Directeur d’IndustriALL pour le secteur de l’automobile, a déclaré:

« Nous exhortons Volkswagen à engager le dialogue et à trouver rapidement une solution équitable avant que la situation ne se détériore ».