• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Travailleurs en grève de la faim chez Bajaj Auto, en Inde

Travailleurs en grève de la faim chez Bajaj Auto, en Inde

Travailleurs en grève de la faim chez Bajaj Auto, en Inde

Inde : Les travailleurs de Bajaj Auto agissent contre les tactiques dilatoires de la direction

31.01.2018

Pour protester contre les licenciements abusifs et contre l'intransigeance de la direction de Bajaj Auto dans la négociation de la convention collective, le syndicat a lancé une grève de la faim illimitée le 29 janvier à Pune.

Suivant le syndicat des travailleurs de Bajaj, la direction ne cesse de reporter la discussion des questions soulevées par les travailleurs.

Aucun progrès tangible n'a été fait en vue de la réintégration des huit travailleurs renvoyés en 2013.

En 2016, la direction est revenue unilatéralement sur sa promesse de revoir les salaires, une révision pourtant prévue, tous les trois ans et en concertation avec le syndicat, par la convention collective pour la période 2010-2019. Au lieu de cela, la direction a revu unilatéralement les salaires, à un niveau très en deçà des revendications du syndicat. En outre, cherchant à semer la division chez les travailleurs syndiqués, elle a pris l'initiative de verser les salaires révisés sur les comptes bancaires des travailleurs de l'usine de Chakan et des travailleurs non syndiqués de celle d'Akurdi. Par contre, les travailleurs syndiqués de l'usine d'Akurdi n'ont pas reçu la hausse de salaire.

Sur la même période, la direction a transféré six travailleurs - des syndicalistes actifs - en octobre 2016. Le syndicat a contesté cette mesure abusive devant la justice du travail et le tribunal a rendu une ordonnance favorable aux travailleurs. La direction a réagi en licenciant ces six personnes.

Le syndicat a eu 40 réunions avec la direction mais, comme celle-ci a refusé toute concession et a utilisé des tactiques dilatoires devant les tribunaux, rien n'a pu être obtenu.

Dilip Pawar, le Président du Vishwakalyan Kamgar Sanghatana, le syndicat qui représente les travailleurs des usines de Chakan et d'Akurdi de Bajaj Auto Ltd, a entamé une grève de la faim pour appuyer les revendications de longue date du syndicat.

En signe de solidarité, les travailleurs des deux usines boycottent les petits-déjeuners et déjeuners distribués par l'entreprise.

Pour Dilip Pawar, le syndicat a recherché une solution par le dialogue :

Devant l'absence de résultats, c'est la frustration et le découragement qui nous ont poussés à entamer cette grève de la faim illimitée. Nous exhortons la direction à aborder les véritables problèmes soulevés par les travailleurs.

Georg Leutert, le directeur d'IndustriALL en charge de l'industrie automobile, déclare :

Il est choquant que Bajaj Auto, un des principaux constructeurs automobiles d'Inde, recoure à des licenciements et des transferts abusifs et refuse des hausses de salaires aux travailleurs syndiqués.

Bajaj Auto doit respecter les droits des travailleurs de négocier collectivement et prendre immédiatement des mesures pour régler les problèmes par le dialogue et préserver la paix sociale.

Le syndicat des travailleurs de Bajaj, Vishwakalyan Kamgar Sanghatana, est affilié au Shramik Ekta Mahasangh (SEM), lui-même affilié à IndustriALL.