• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Indocement poursuit au pénal un dirigeant syndical en Indonésie

17.01.2013

La cimenterie PT Indocement Tunggal Prakarsa tente de démanteler le syndicat et poursuit au pénal son dirigeant, Edi Iriawadi, accusé d’abus de pouvoir et de troubles publics.

Les 9 et 16 janvier 2013, deux audiences concernant Edi Iriawadi ont eu lieu au tribunal de district de Cibinong, Java occidental. La partie plaignante accuse le dirigeant syndical d'infraction au code indonésien d’instruction criminelle comportant une peine d'un an d'emprisonnement. L'audience se poursuivra le 22 janvier 2013.

Des centaines de personnes du Forum Buruh Bogor ont assisté aux deux audiences et pris la parole pour demander aux juges de remettre en liberté Iriawadi, et que les accusations relèvent d’un tribunal du travail et non d’une cour pénale. Une cinquantaine de policiers en uniforme du district de Bogor assuraient la protection du tribunal.

Iriawadi est un dirigeant du syndicat Serikat Pekerja Indocement Tunggal Prakarsa (SP ITP), affilié à IndustriALL par le biais de la fédération des syndicats du ciment d'Indonésie (FSP ISI) dont il est le président. Iriawadi a été mis en jugement après avoir été accusé par Care PT Indocement Tunggal Prakarsa d'abus de pouvoir pour avoir arrêté la production, causant ainsi des pertes à l’entreprise.

L'entreprise tente de démanteler le syndicat qui avait réussi avec succès à négocier en juillet 2011, une augmentation graduelle de 150 pour cent des salaires au cours d'une période de trois ans.

Le syndicat a organisé une série d'actions pour soutenir la cause qu’il défend. En réponse, un groupe constitué de personnes proches du périmètre de l'usine a été poussé par la direction à dire que les actions entreprises par le syndicat ont troublé l'ordre public et bloqué les transports publics dans la région.

Le groupe a pénétré sur le périmètre de l'entreprise et attaqué le bureau du syndicat, ses dirigeants et ses membres. Trois membres du syndicat ont dû être hospitalisés et des motos qui appartenaient à des membres du syndicat ont été endommagées. Craignant pour les membres et la sécurité de leurs biens, Iriawadi leur avait demandé d'arrêter la production et de quitter leurs postes de travail.

En Indonésie, la loi sur les syndicats no 21/2000 garantit les droits syndicaux. Les articles 28 et 43 stipulent que toute infraction aux droits syndicaux et toute pratique antisyndicale constituent un crime, et que les contrevenants peuvent être condamnés jusqu'à cinq ans de prison.

Le groupe allemand du ciment Heidelberg est le principal actionnaire de PT Indocement Tunggal Prakarsa. L'entreprise possède douze usines situées dans les trois villes indonésiennes de Bogor, Cirebon et Kota Bharu, qui détiennent ensemble une capacité totale de 18,6 millions de tonnes par an, et ont assuré en 2012 un bénéfice de plus de 5.000 milliards d’IDR (520 millions d’USD). L'entreprise emploie 6.300 personnes.