• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Membres du syndicat SNATEGS en grève en Algérie le 21 mars 2017.

De jeunes membres du syndicat prennent part aux actions de grève en Algérie.

IndustriALL condamne les arrestations de syndicalistes en Algérie

23.03.2017

IndustriALL Global Union appelle à la libération immédiate d’au moins neuf syndicalistes arrêtés le 21 mars par les forces de sécurité en Algérie.

Mellal Raouf, Président de l’affilié d’IndustriALL, le Syndicat des travailleurs de l’électricité et du gaz SNATEGS, et huit membres du bureau exécutif du syndicat ont été arrêtés à leur hôtel alors qu’ils s’apprêtaient à participer à un grand rassemblement dans la ville de Tizi Ouzou, dans le nord du pays.

Les forces de sécurité ont bloqué toutes les routes menant à Tizi Ouzou, empêchant tout véhicule d’entrer en ville, et ont confisqué les banderoles syndicales qui devaient être utilisées lors de la marche.

En dépit de cela, de nombreux travailleurs et travailleuses ont pris part aux actions de grève et de protestation en revendiquant de meilleurs salaires et la fin du harcèlement des membres du SNATEGS.

Cependant, des informations non-confirmées indiquent que les autorités auraient également arrêté davantage de travailleurs et de leaders syndicaux.

Raouf subit l’oppression des autorités depuis qu’il a révélé l’importante corruption au sein de la compagnie énergétique publique Sonelgaz. En décembre 2016, Raouf a été condamné par contumace à six mois de prison après avoir rendu public le gonflement illégal des factures d’électricité de la part de Sonelgaz sur une période de dix ans.

IndustriALL a écrit au Premier Ministre d’Algérie pour exiger la libération des syndicalistes et le respect des lois algériennes et internationales.

Dans son courrier adressé au Premier Ministre Abdelmalek Sellal, le Secrétaire général d’IndustriALL, Valter Sanches, écrit :

“Il est évident que cette persécution judiciaire, et maintenant son arrestation conjointe à celle de huit autres représentants du SNATEGS, est en contradiction directe avec la législation nationale et en particulier avec les droits fondamentaux de l’Organisation internationale du Travail.”

Sanches a également exigé la remise en liberté immédiate de tous les syndicalistes arrêtés ce 21 mars à Tizi Ouzou et exhorté le Premier Ministre à s’assurer que les droits de tous les membres du syndicat SNATEGS soient protégés.