• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Inviabilité : La vilaine vérité sur Rio Tinto

Inviabilité : La vilaine vérité sur Rio Tinto

IndustriALL conseille vivement aux investisseurs d’exiger de Rio Tinto la vérité

23.06.2014

IndustriALL conseille vivement aux investisseurs d’exiger la vérité de la part de Rio Tinto, le géant des mines et de la métallurgie, à propos de son mode de fonctionnement conflictuel.

Un groupe de 25 analystes et investisseurs se rend chez Rio Tinto en Amérique du Nord cette semaine. Ils vont assister à des exposés de l’entreprise et visiter certaines de ses mines et fonderies.

“Rio Tinto a mis en place mode de fonctionnement conflictuel avec les parties prenantes de ses activités en Amérique du Nord et de par le monde,” indique le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL Kemal Özkan.

IndustriALL a publié “Inviabilité : La vilaine vérité sur Rio Tinto” qui décrit l’incapacité de Rio Tinto à se conformer à ses propres critères de durabilité. Ce rapport est disponible à l’adresse http://www.industriall-union.org/riotinto.

“Rio Tinto se décrit lui-même comme s’inscrivant dans la durabilité de manière à maintenir son accès à des marchés profitables. Son incapacité à se conformer à ses propres critères de durabilité met potentiellement en danger cet accès et constitue de fait une préoccupation pour la communauté des investisseurs,” ajoute Özkan.

Le report décrit la manière dont l’approche conflictuelle des relations sociales par Rio Tinto a provoqué de longs conflits de travail sur deux sites que les analystes et investisseurs vont visiter, la mine de borate de Boron et la Fonderie d’Alma.

Il décrit également la manière dont Rio Tinto s’est mis à dos un large éventail de parties prenantes en raison de fuites d’uranium, de décès de travailleurs, de violations de l’environnement et d’un manque de respect des droits des peuples indigènes notamment dans le cadre de son projet de Resolution Copper en Arizona.

IndustriALL Global Union représente 50 millions de travailleurs et travailleuses des mines, de l’énergie et du secteur manufacturier dans 140 pays, dont des milliers employés par Rio Tinto dans dix-neuf pays.