• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

IndustriALL exige la libération des travailleurs iraniens

03.02.2016

IndustriALL Global Union appelle le gouvernement de l’Iran à libérer immédiatement 28 travailleurs arrêtés le 26 janvier.

Des travailleurs des mines de cuivre de Khatounabad ont été arrêtés après avoir pris part à une manifestation pacifique qui revendiquait la réintégration de 170 travailleurs en sous-traitance à qui ont avait promis des postes permanents.

Selon nos informations, on a pas de nouvelles des personnes détenues depuis leur arrestation il y a une semaine.

Les mines de cuivre de Khatounabad, propriété de la Compagnie nationale iranienne des industries du cuivre, font partie d’un important complexe industriel contrôlé par l’État. Dans une lettre au Président d’Iran Hassan Rouhani, le Secrétaire général d’IndustriALL Jyrki Raina, écrit :

“IndustriALL Global Union exhorte votre administration à faire en sorte d’assurer la libération rapide et inconditionnelle des 28 travailleurs. De plus, nous vous appelons à donner ordre à la Compagnie nationale iranienne des industries du cuivre, propriétaire des mines de cuivre de Khatounabad, de réintégrer les 170 travailleurs en sous-traitance qui ont récemment été mis à pied.”

De nombreux travailleurs de Khatounabad sont sous contrat temporaire depuis plusieurs années et leurs efforts visant à obtenir une plus grande sécurité d’emploi et de meilleurs salaires n’ont mené qu’à de maigres résultats.

“Il est également impératif que la Compagnie nationale iranienne des industries du cuivre accorde à ces travailleurs en sous-traitance les emplois permanents promis. Les travailleurs ne devraient pas être soumis à des conditions de travail précaires. En conséquence, nous invitons le Gouvernement d’Iran à obliger l’entreprise à y appliquer les droits fondamentaux du travail,” a ajouté Jyrki Raina à l’adresse du dirigeant de la République d’Iran.

En Iran, les travailleurs sont particulièrement vulnérables aux attaques, car les syndicats sont interdits dans le pays.