• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

À l’atelier de Nairobi, Kenya

IndustriALL responsabilise les travailleuses au Kenya

21.04.2015

Les 24 et 25 mars, 25 femmes appartenant à des affiliés de IndustriALL ont suivi une formation spéciale organisée à Nairobi. Ces femmes ont pris conscience de leur rôle au sein de la famille et dans la société, et ont obtenu des connaissances sur les qualités nécessaires aux femmes pour assumer un poste de direction. Ce sont des dirigeantes qui ont seulement besoin de l’occasion de pouvoir assumer cette tâche.

En examinant le rôle des femmes dans les syndicats, les participantes ont identifié plusieurs problèmes auxquels les femmes sont confrontées au Kenya. Les entreprises se séparent des travailleuses quand elles sont enceintes, les travailleuses occasionnelles signent un contrat valable uniquement pour trois mois, les droits liés à la maternité ne sont même pas une question abordée, et la santé des femmes doit faire l’objet d’une plus grande attention car elles ne s’alimentent pas comme il faut pour réaliser des économies. Les participantes ont convenu que leurs syndicats doivent se battre en faveur des droits liés à la maternité.

Lors de l’atelier, les femmes ont réalisé une tâche pratique consistant à déterminer la localisation sur leur lieu de travail, qui a permis de révéler la ségrégation des emplois dans le travail. Par exemple, seuls les hommes sont employés à faire du repassage et les femmes ne peuvent pas travailler aux lessiveuses. Cependant, la situation sur les lieux de travail se modifie grâce aux syndicats, et par exemple, les travailleurs/euses n’ont plus à faire d’heures supplémentaires pour réaliser leur objectif.

Les participantes ont creusé l’idée de créer des comités de femmes qui n’existent pas dans aucun de leurs syndicats. Elles ont aussi parlé d’allouer des postes de responsabilité à des femmes dans les syndicats. Plusieurs ont déjà réservé des postes, d’autres ont des postes de coordonnatrices, mais sans structure propre aux femmes. Il faut encore travailler davantage pour s’assurer que les femmes occupent une place centrale.

Dans la discussion sur les tâches attribuées aux comités des femmes, les participantes ont fait remarquer la nécessité pour les femmes de participer à la négociation collective, sinon leurs revendications seront abandonnées.

À la fin de la réunion, les participantes ont pris les décisions suivantes:

- remettre un exemplaire de la convention collective à chaque membre,

- encourager davantage de femmes à adhérer au syndicat,

- faire état auprès de la direction de la question relative aux droits des femmes

- recommander aux femmes d’exercer leurs droits et de mettre en pratique leurs capacités,

- s’assurer que la ventilation est suffisante pour empêcher des pertes de connaissance chez les travailleuses

- se battre pour que davantage de travailleuses contractuelles adhèrent au syndicat,

- se battre pour que les travailleuses contractuelles obtiennent un emploi permanent