Jump to main content
IndustriALL logotype

Jordanie: les travailleurs migrants élisent leurs responsables syndicaux dans les fabriques de vêtements

8 April, 2019Une élection syndicale visant à instituer une représentation démocratique des travailleurs migrants a été organisée dans les usines de confection de la zone industrielle d’Al-Dulayl, implantée à Amman (Jordanie).

L’élection, qui a eu lieu le 22 mars, est l’aboutissement d’un projet mené par le syndicat général des travailleurs des industries textiles et de l’habillement en Jordanie (JTGCU). Soutenue par IndustriALL Global Union, cette initiative vise à établir des structures de représentation des travailleurs migrants. Le projet, qui a été lancé en novembre 2017, est particulièrement important du fait de la non-représentation des travailleurs migrants au niveau national; leur représentation se limitant aux comités syndicaux en place dans les usines.

L’industrie du vêtement en Jordanie emploie environ 69 000 travailleurs, dont 75 % sont des femmes. Sur cette main-d’œuvre, environ 16 000 sont originaires de Jordanie; les 53 000 autres travailleurs étant constitués de travailleurs migrants originaires du Bangladesh, du Cambodge, de la Chine, de l’Inde, de Madagascar, du Myanmar, du Népal, du Pakistan, du Sri Lanka et de la Syrie.

Les usines fabriquent pour des marques internationales, en particulier américaines. Parvenir à l’union des travailleurs migrants au sein de syndicats et à l’établissement de leur représentation au niveau national est essentiel afin de résoudre les problèmes relatifs aux salaires, à la sécurité sociale, à la santé et à la sécurité, ainsi qu’au logement.

L’industrie est principalement implantée dans les régions d’Irbid, d’Al-Dulayl et de Sahab. Le projet a été lancé à Al-Dulayl pour sensibiliser les travailleurs à l’importance des syndicats et leur présenter la convention collective sectorielle que le JTGCU a réussi à signer grâce à ses nombreux efforts. La convention concerne uniquement les travailleurs migrants. Les conventions sectorielles sont encore rares dans le secteur.

Une série d’ateliers ont été organisés en 2018, auxquels ont participé 168 membres du Comité syndical. La formation a porté principalement sur les questions du droit du travail jordanien, de la convention collective, du rôle des comités d’usine, de l’importance de la participation active aux syndicats pour assurer la protection sur le lieux de travail, ainsi que sur IndustriALL et le mouvement syndical mondial.

À l’issue de la formation à Al-Dulayl, des élections démocratiques ont eu lieu en présence des représentants du JTGCU et de l’OIT. IndustriALL était représenté par Ahmed Kamel et Christina Hajagos-Claussen. Vingt-six travailleurs, principalement des femmes, ont été élus, proportionnellement au nombre de travailleurs en provenance du Bangladesh, de l’Inde, du Népal, du Pakistan et du Sri Lanka.

Fathallah Emrani, président du JTGCU, a déclaré:

« Depuis le début de l’afflux de travailleurs migrants en Jordanie venus travailler dans le secteur du vêtement, le syndicat les a sensibilisé sur leurs droits, leur expliquant également qu’ils ne sont pas seuls, à savoir que nous les soutenons, les représentons et les défendons.

« Nous avions besoin d’établir des comités syndicaux dans les usines pour représenter les travailleurs de toutes les nationalités, afin que leurs voix parviennent aux oreilles des décideurs. Nous leur donnerons également un rôle dans le processus décisionnel du syndicat.

« Après l’élection réussie d’Al-Dulayl, nous nous réjouissons à la perspective de terminer le processus à Irbid et Sahab ».

Ahmed Kamel a indiqué:

« La forte mobilisation et l’enthousiasme des travailleurs migrants durant le processus électoral et la formation ont été notoires. Ce sont des facteurs clés pour instaurer une durabilité et renforcer la voix des travailleurs migrants ».

Christina Hajagos-Claussen a précisé:

« Outre la convention sectorielle, la représentation syndicale des travailleurs migrants au niveau de l’usine constitue une nouvelle étape vers l’amélioration des conditions de vie et de travail. Les résultats, qui donnent la majorité des sièges aux femmes, reflètent clairement leur prédominance dans l’industrie ».