• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Drapeau de la Guinée, État d'Afrique de l'Ouest

Drapeau de la Guinée, État d'Afrique de l'Ouest

La Guinée ratifie la convention n° 176 de l'OIT sur la sécurité dans les mines

05.01.2017

La        Guinée, État d'Afrique de l'Ouest, a ratifié la Convention n° 176 de l'Organisation internationale du travail (OIT) sur la sécurité et la santé dans les mines à la suite de la campagne des affiliés d'IndustriALL Global Union.

L'Assemblée nationale guinéenne a approuvé la ratification de la C176 et de trois autres conventions de l'OIT le 26 décembre 2016. Il s'agit de la C189 sur les travailleuses et travailleurs domestiques, de la C167 sur la sécurité et la santé dans la construction et de la C187 sur le cadre promotionnel pour la sécurité et la santé au travail.

Depuis longtemps, notre affilié de la mine guinéen, SYNAMIC/ONSLG, réclame de meilleures conditions de travail dans le secteur et multiplie les pressions pour la ratification de la C176. On trouve dans ce pays des réserves de minerai de bauxite et d'or parmi les plus riches au monde. Par ailleurs, l'exploitation aurifère pèse de plus en plus dans son économie.

Le modérateur d'IndustriALL et Secrétaire général du SYNAMIC/ONSLG, Mamadou Saliou Diallo, nous dit :

"La ratification de la C176 par la Guinée est extrêmement importante parce que beaucoup d'accidents ne sont pas reconnus par les employeurs. Et si l'employeur fait l'objet d'une plainte, il peut faire appel à ses avocats, ce qui est impossible pour les travailleurs. Cela veut dire qu'elle met encore davantage l'accent sur l'élimination des risques au travail."

La Guinée devient le 32e pays à ratifier la C176. IndustriALL mène une campagne mondiale pour améliorer la sécurité dans les mines par le biais de la ratification et de la mise en application de la convention.

Le Secrétaire général adjoint d'IndustriALL Kemal Özkan déclare :

Nous nous félicitons réellement de cette décision de la Guinée de ratifier la convention 176. Nous espérons que le gouvernement collaborera avec les employeurs, les inspecteurs du travail et les syndicats pour faire en sorte qu'elle soit appliquée et que les travailleurs puissent travailler en sécurité.