• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

La marque allemande KIK se fournissait dans une usine au Pakistan

19.09.2012

Le prix élevé payé pour des jeans bon marché a été révélé au Pakistan, le 17 septembre, avec la confirmation que la marque allemande à bas prix KIK se fournissait en vêtements chez Ali Enterprises, dont l’usine a brûlé en causant la mort de près de 300 personnes.

L’incendie de Ali Enterprises, l’usine de vêtements située à Karachi sur la Hub River Road, dans la zone industrielle Sindh Industrial Trading Estate – SITE, a causé la mort de plus de 289 travailleurs et travailleuses qui se sont trouvés bloqués en grand nombre dans l’incapacité d’échapper aux flammes.

Il s’agit d’un scandale de grande envergure et la condamnation du gouvernement pakistanais qui a négligé de s’assurer si l’usine appliquait les consignes de sécurité les plus élémentaires. Plus de 8.000 personnes ont demandé une action de la part du Premier ministre dans la campagne sur Labour Start dont on peut prendre connaissance ici: http://www.labourstartcampaigns.net/show_campaign.cgi?c=1570

Les propriétaires de l’usine ont été accusés de meurtre, sans toutefois avoir été appréhendés. Un affilié de IndustriALL Global Union au Pakistan, la fédération nationale des syndicats (NTUF), demande aux autorités d’imputer à KIK et à tout autre acheteur confirmé de l’usine l’accusation de négligence criminelle. Après ce terrible désastre, NTUF, les mouvements sociaux et les partis de gauche ont organisé une marche de protestation le 15 septembre.

Le défilé a traversé la zone industrielle de Karachi et a pris fin par un grand rassemblement de protestation devant l’usine incendiée. Les personnes qui ont participé à la marche ont exigé l’arrestation des propriétaires de l’usine, une indemnisation pour les familles des personnes décédées et pour les travailleurs et travailleuses blessés, ainsi que l’institution d’une procédure pénale contre les responsables gouvernementaux impliqués.

Les participant(e)s ont critiqué les marques internationales et les entreprises dont la négligence et le non-respect des conventions pertinentes de l’OIT sur la législation nationale du travail et les normes internationales de santé et de sécurité au travail, ont abouti au pire accident du travail responsable de la mort de près de 300 travailleurs et travailleuses, âgés en majorité de moins de 30 ans.

Les participant(e)s ont également condamné l’attitude du haut responsable de l’OIT au Pakistan qui a limité la communication avec des fonctionnaires du ministère du Travail, lesquels sont responsables, selon les travailleurs et travailleuses, de la tragédie et ont refusé de rencontrer les représentant(e)s du personnel pour obtenir des renseignements de première main.

Lors du rassemblement, les participant(e)s ont déclaré apprécier la solidarité exprimée par le mouvement syndical international, notamment par IndustriALL Global Union, pour le lancement d’une campagne de protestation en exigeant que des mesures de sécurité soient prises dans les fabriques de vêtements. Pour soutenir la campagne de Labour Start lancée conjointement avec IndustriALL Global Union, se rendre sur le lien suivant: http://www.labourstartcampaigns.net/show_campaign.cgi?c=1570.