• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

La sécurité d’abord? Nouvel accident mortel chez Rio Tinto

04.02.2015

Un travailleur a été tué le 28 Janvier dans les installations minières de Rio Tinto à Madagascar, moins d'une semaine après un autre accident mortel dans une mine où Rio Tinto détient une participation minoritaire en Indonésie.

Un travailleur d’une équipe de nuit qui actionnait un excavateur près d’un bassin de résidus dans l’entreprise QIT Madagascar Minerals (QMM) de Rio Tinto est mort le 28 janvier quand son excavateur s’est renversé dans le bassin.

Bien que ses collègues aient immédiatement appelé du secours sur une ligne d'urgence, le travailleur immergé dans le bassin n’a pas pu être localisé avant 17 heures. Son corps a été retrouvé à l'extérieur de la cabine de l’excavateur une fois la bassin vidangé.

L’affilié de IndustriALL, FISEMA, représente les salariés de Rio Tinto à Madagascar. FISEMA pose des questions sur la cause de l'accident, la raison pour laquelle il a fallu 17 heures pour retrouver le corps du travailleur décédé, pourquoi le corps a été retrouvé à l’extérieur de la cabine, et si de tels travaux dangereux devaient être effectués de nuit.

Cet accident permet de douter que Rio Tinto a procédé de manière adéquate à l’examen de la sécurité des travailleurs de l’équipe de nuit et que l’entreprise a également prévu des équipements et des procédures de secours appropriés. Nous demandons instamment à Rio Tinto de travailler en étroite collaboration avec FISEMA pour déterminer les causes de ce décès et prendre toutes les mesures nécessaires pour que cela ne se reproduise plus,

a déclaré Kemal Özkan, secrétaire général adjoint de IndustriALL.

En janvier 2015, les accidents mortels à Madgascar et dans la mine Grasberg en Indonésie où Rio Tinto détient une participation minoritaire – et où 39 travailleurs ont été tués au cours des deux dernières années – jettent le doute sur l’affirmation longtemps assurée par Rio Tinto qui selon ses dires accorde une grande valeur à la sécurité des travailleurs.

"Dans le monde entier, de nombreux syndicats de Rio Tinto ont dit à IndustriALL que Rio Tinto applique de façon arbitraire les procédures de santé et de sécurité, fait pression sur les travailleurs pour que la production prenne le pas sur la sécurité, exerce une action disciplinaire sur les travailleurs qui refuseraient un travail dangereux, et ne traite pas véritablement les dangers présents en milieu de travail. Nous exigeons que Rio Tinto change immédiatement ses pratiques afin de respecter les revendications en matière de sécurité", a déclaré Özkan.