• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

L’accident minier en Turquie par le nombre croissant de morts est un véritable carnage

14.05.2014

IndustriALL Global Union et sa famille syndicale dans le monde pleurent la mort de centaines de mineurs à Soma dans la province de Manisa en Turquie occidentale. Au moment où ces lignes sont écrites, 205 mineurs sont morts et plus de 80 sont hospitalisés. Les sauveteurs cherchent toujours à entrer en contact avec des centaines d’autres mineurs bloqués sous terre. De l’oxygène est toujours injecté dans la mine bien que les espoirs diminuent.

La mine, qui appartient à une entreprise privée, est syndiquée par un affilié de IndustriALL, le syndicat des mineurs Maden-İş de Turquie. Environ 800 mineurs se trouvaient au carreau ou au fond de la mine quand une défaillance électrique a provoqué l’explosion d’un transformateur, provoquant un incendie important mardi 13 mai vers midi. L’incendie a entraîné une coupure de courant dans la mine qui a rendu les cages d’extraction inutilisables, la majorité des travailleurs restant bloqués à 2 km sous terre et à 4 km de la sortie. Les sauveteurs ont poursuivi leurs efforts toute la nuit tandis que les familles de plus de 200 mineurs manquants attendaient à l’entrée de la mine ou à l’hôpital local.

La Turquie détient un triste palmarès pour la sécurité minière, et IndustriALL considère que la mort de tant de mineurs constitue un véritable carnage. Chaque décès dans une exploitation minière pourrait être évité, et IndustriALL poursuivra la campagne de ratification de la convention 176 de l’OIT en Turquie et dans d’autres pays. Le gouvernement turc subit déjà une forte pression et des critiques pour ne avoir pas tenu compte d’exigences en matière de sécurité alors que les travailleurs doivent payer cela de leur vie.

Nurettin Akçul, président, et Vedat Ünal, secrétaire général de Maden-İş signalent que l’explosion s’est produite au moment du changement d’équipe, ce qui rend encore plus difficile de connaître le nombre de mineurs encore bloqués sous terre. Les dirigeants de Maden-İş indiquent que “la mine détient l’autorisation légale nécessaire et que tous les travailleurs sont couverts par la sécurité sociale. Les représentants du syndicat local confirment que tous les travailleurs sont équipés de masque à oxygène sous terre, mais personne ne sait combien de temps ces masques peuvent les maintenir en vie dans cette situation.”

Le taux de survie des mineurs de charbon après une explosion ou un incendie est extrêmement faible, comparé aux accidents dans des mines de roches dures ou de métaux. Les opérations de sauvetage doivent commencer de plus rapidement possible après une explosion dans une mine de charbon pour que les personnes bloquées puissent être remontées en vie. IndustriALL et toutes les personnes concernées espèrent que ce sera l’exception à la règle. Le monoxyde de carbone qui est un poison est la menace la plus grande pour ceux encore bloqués sous terre.

IndustriALL Global Union a écrit aujourd’hui à Maden-İş:

Cette tragédie peut être considérée comme la tragédie minière la plus grave de ces dernières années, ce qui est d’autant plus tragique au vu de l’attitude apparemment insensible du gouvernement et des sociétés minières. Cette attitude est inacceptable et doit cesser.  Il est intolérable que des mineurs en Turquie se voient dénier leur droit fondamental de la personne de travailler dans un milieu garantissant leur sécurité, au lieu de s’attendre d’être envoyés au travail pour mourir.

Le nombre de mineurs concernés par l’accident mortel est inimaginable et énorme.  Nous demandons à l’entreprise privée chargée de la mine et au gouvernement turc d’assurer le sauvetage du plus grand nombre possible de mineurs sur les 400 qui restent dans le puits de mine.

La Turquie détient sans doute le plus mauvais bilan en matière de sécurité dans des accidents et des explosions miniers en Europe, et occupe la troisième place dans le monde.  Récemment, le 7 janvier 2013, huit mineurs ont perdu la vie dans un autre accidents minier, que le président de votre organisation sœur, Genel Maden-Is, a correctement qualifié de “meurtre” de mineurs.

De toute urgence, IndustriALL Global Union demande au gouvernement turc de ratifier immédiatement et d’appliquer la convention 176 de l’OIT sur la sécurité et la santé dans les mines, pour sauver des vies de mineurs. Le “meurtre” doit cesser.  IndustriALL Global Union fera tout son possible pour s’assurer que le gouvernement turc agit de manière responsable et ratifie la convention 176.  Nous demandons une fois de plus aux responsables politiques de tenir compte sérieusement de la vie des mineurs qui est à placer au dessus du profit.

“Le gouvernement turc et les employeurs détiennent une responsabilité pour ce carnage,” a déclaré Kemal Özkan, secrétaire général adjoint de IndustriALL Global Union. “Quand des gouvernements se trouvent dans l’incapacité de protéger leurs citoyens, ce n’est pas seulement de l’irresponsabilité, c’est une infraction à l’un des devoirs les plus fondamentaux de tout gouvernement. La Turquie aspire à la grandeur ; elle peut y parvenir mais pas aux dépens de la vie des travailleurs.”

Selon les chiffres officiels, plus de 3000 mineurs ont été tués en 73 ans en Turquie. On assiste à cela avec appréhension en sachant que cet accident pourrait bien être le plus grave. Cela suffit. Le gouvernement turc doit agir maintenant ; les mineurs de mon pays ne peuvent pas continuer de payer de leur vie une telle inaction dans des mines dangereuses.

Contacts de presse:

Kemal Özkan, +41-79-7349044

Tom Grinter, +41-79-6934499

Chronologie des accidents dans des mines en Turquie au cours des 30 dernières années:

7 mars 1983: 103 tués à Armutçuk par une explosion de méthane

10 avril 1983: 10 tués à Kozlu par une explosion de méthane

31 janvier 1987: 8 tués à Kozlu dans un accident

31 janvier 1990: 5 tués à Amasra par une explosion de méthane

7 février 1990: 68 tués à Yeni Çeltik par une explosion de méthane

3 mars 1992: 263 tués à Kozlu par une explosion de méthane

26 mars 1995: 37 tués à Sorgun par une explosion de méthane

22 novembre 2003: 10 tués à Ermenek par une explosion de méthane

8 septembre 2004: 19 tués à Küre dans un incendie

2 juin 2006: 17 tués à Dursunbey par une explosion de méthane

10 décembre 2009: 19 tués à Mustafakemalpaşa par une explosion de méthane

17 mai 2010: 30 tués à Zonguldak par une explosion de méthane

8 janvier 2013: 8 tués à Kozlu par une explosion de méthane

13 mai 2014: 157 (tués jusqu’ici) à Soma dans un incendie