• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Près de 300 travailleurs ont péri dans l'homicide industriel de Ali Enterprises à Karachi

Le détaillant allemand KiK attaqué par les familles des victimes de l'incendie

19.12.2014

Plus de deux ans après la mort de 259 travailleurs de l'habillement décédés dans l'incendie qui a dévasté leur usine au Pakistan, des familles des victimes ont introduit un recours contre la chaîne de distribution allemande KiK pour réclamer des indemnités.

Les proches de cinq travailleurs qui ont péri dans l'incendie de Ali Enterprises, à Baldia Town, dans la banlieue de Karachi, ont fait assigner par un avocat allemand la plus grande chaîne "discount" de produits textiles d'Allemagne. KiK était le seul client connu de l'entreprise.

En janvier 2013, KiK a signé avec l'Institut pakistanais d'éducation et de recherche sur le travail un accord d'indemnisation prévoyant un premier versement de 1 million $US aux victimes, mais l'entreprise n'a cessé de différer le paiement sous des prétextes divers.

KiK prétend s'assurer du respect de la législation du travail et des normes de sécurité par ses fournisseurs. Or, d'après les informations qui ont circulé, les portes de l'usine Ali Enterprises étaient verrouillées et les fenêtres munies de barreaux, privant les victimes de toute possibilité de s'échapper.

Lors d'un rassemblement organisé le 14 décembre à Karachi par notre affiliée, la Fondation syndicale nationale (NTUF), et par l'Association des victimes de l'incendie de l'usine de Baldia, les orateurs ont exhorté KiK à verser les indemnités suivant les normes de l'Organisation internationale du travail (OIT).

Les organisateurs ont également demandé que le Premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, honore la promesse qu'il avait faite avant les élections d'indemniser les familles des victimes.

S'adressant aux manifestants, parmi lesquels figuraient les enfants des victimes, le Secrétaire général adjoint de la NTUF, Nasir Mansoor, a déclaré que la sécurité dans les ateliers de confection du Pakistan ne s'est pas améliorée malgré la tragédie de Baldia :

"Nos usines et industries restent des ateliers de misère et lieux de torture pour les travailleurs et, par conséquent, les accidents du travail se multiplient. Parce que l'inspection du travail est inopérante, les mesures de santé et de sécurité sont pratiquement inexistantes dans les usines. Les chefs d'industrie locaux et leurs entreprises multinationales croient qu'ils ont le droit de violer la législation nationale et les normes internationales du travail. Ils privent les travailleurs du droit de créer leurs propres syndicats et gagnent énormément d'argent en faisant fabriquer par une main-d’œuvre bon marché des produits de qualité qu'ils écoulent sur les marchés américain et européen avec des marges bénéficiaires énormes."

Les participants à la manifestation ont demandé que KiK verse 500.000 roupies (5.000 $) par famille au titre de secours d'urgence et les indemnise totalement, sans délai, dans le respect des normes de l'OIT.

Les manifestants demandaient aussi que l'indemnité de 300.000 roupies (3.000 $) promise par le Premier ministre Sharif, alors qu'il était dans l'opposition, soit elle aussi versée immédiatement, sinon une grève de la faim collective sera entamée en janvier.