• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Le FMI est une menace pour la négociation collective

25.04.2013

Les remèdes du Fonds monétaire international pour le marché du travail constituent une réelle menace pour les systèmes de négociation collective. Les politiques d'austérité sont maintenant plus que jamais contestées depuis que des données favorables à l'austérité se sont révélées être basées sur des faits manquant de sérieux.

Dans un rapport publié récemment, la confédération syndicale internationale (CSI) met en garde sur le fait que les conseils du FMI concernant le marché du travail, dans le cadre de la Troïka, portent atteinte à la démocratie et comportent le risque d'une dictature économique à travers l'Europe et au-delà, et engendreront plus de divisions et de malaises sociaux sans produire aucun avantage économique.

Le rapport de la CSI Nouveaux Fronts 2013 publié en avril "Idéologie sans évidence économique: le FMI s’attaque à la négociation collective", analyse les actions du Fonds monétaire international (FMI) qui ont affaibli la négociation collective.

“Les attaques contre la négociation collective et les syndicats enfreignent également la loi internationale. Le comité de la liberté syndicale du BIT a réaffirmé que les réformes de cette nature appliquées en Grèce contreviennent aux conventions de base de l'OIT sur la négociation collective et la liberté syndicale”, affirme-t-on dans le rapport.

Pendant ce temps, deux économistes de Harvard reconnaissent que leur étude utilisée par le FMI pour justifier les politiques d'austérité, contenait une erreur mathématique importante. En recalculant les données, trois autres économistes de l'Université du Massachusetts ont démontré que ces données, qui remontaient à certaines années et à certains pays, ne relevaient pas de la moyenne. Quand un ensemble de données complètes est utilisé, il montre que le taux de croissance moyen des pays qui ont une charge d’endettement de 90 pour cent est de 2,2 pour cent — une différence importante comparé au déclin de 0,1 pour cent postulé plus tôt.

La CSI, les syndicats mondiaux et IndustriALL Global Union soutiennent qu’une croissance viable, des emplois décents pour tous, une efficacité économique et une équité plus grande sont des ambitions communes qui exigent des systèmes de négociation collective globale et de fortes institutions du marché du travail dans tous les pays.

“Il n'y a aucune justification économique pour ces réformes du travail. Les pays où la négociation collective est faible ou inexistante n'obtiennent pas une croissance plus rapide, un chômage plus faible ou de meilleurs résultats à l'exportation que les autres pays. Ils ont en fait de plus grandes inégalités salariales. La stratégie économique poursuivie par le FMI dans les pays en crise avec les partenaires de la Troïka, présente de profonde failles”, affirme  Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSU.

Rapport Nouveaux Fronts de la CSI avril 2013 (en anglais)

Rapport Nouveaux Fronts de la CSI – résumé avril 2013