• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Le géant suisse de la chaussure doit assumer la responsabilité de son fournisseur sri-lankais

11.12.2014

Il y a un an, près de 200 ouvriers d’une usine de fabrication de chaussures ont été mis à la porte pour s’être organisés en syndicat chez un fournisseur de Bata, Palla & Co au Sri Lanka. 

Douze mois plus tard, 100 d’entre eux maintiennent la mobilisation pour revendiquer leur réintégration avec le soutien de leur syndicat, le FTZ&GSEU, un affilié d’IndustriALL.

L’enseigne mondiale Bata, dont le siège est en Suisse, était le principal client de l’usine Palla au moment des licenciements massifs et mesures anti-syndicales.

La Campagne Clean Clothes (CCC) et IndustriALL appellent Bata à agir au sujet de cette grave violation de droits commise par leur fournisseur.

En contradiction avec son code de conduite, Bata s’est complètement retiré de Palla à la fin de 2013. Une mesure appropriée aurait été de s’assurer que l’usine réintègre les travailleurs et travailleuses licenciés, reconnaisse le syndicat et verse les augmentations de salaires qui étaient dues.

Au strict minimum, Bata doit s’assurer que les travailleurs licenciés perçoivent des indemnités de rupture adéquates et soient retirés de la liste noire d’agitateurs syndicaux. En les plaçant sur liste noire, Palla a rendu impossible pour ces travailleurs la recherche d’un autre emploi.

Le président du FTZ&GSEU, Anton Marcus, qui est également membre du Comité exécutif d’IndustriALL, déclare :

“Ces travailleurs et travailleuses assuraient la production pour Bata et l’entreprise n’assume pas sa responsabilité. C’est pourquoi IndustriALL et la Campagne Clean Clothes ont lancé cette campagne publique. Nous espérons que Bata va changer de position sans plus tergiverser.”

La Secrétaire générale adjoint d’IndustriALL, Monika Kemperle, ajoute :

“S’il vous plaît, Bata, prenez vos responsabilités. Saisissez cette opportunité de remettre les choses à leur place de sorte à ce que ces travailleurs et travailleuses reçoivent une indemnité et puissent retrouver leur emploi.”

Pour les dernières informations sur cette lutte, regardez l’entretien avec Anton Marcus.

Suivez IndustriALL sur les médias sociaux la semaine prochaine pour vous joindre à l’appel pour que Bata intervienne dans cette affaire.

Contexte de ces violations de droits : http://www.industriall-union.org/industriall-and-ccc-denounce-palla-shoemaker-in-sri-lanka