• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Sharan Burrow de la CIS (au centre) et Fernando Lopes d’IndustriALL (à droite) lors d’une entrevue avec le Ministre du Travail et de la Sécurité Sociale.

Mexican Secretary for Labour and Social Welfare, Alfonso Navarrete Prida, has said his country will ratify ILO Convention 98.

Le Mexique en passe de ratifier la Convention 98 de l’OIT sur la Négociation collective

16.03.2015

Les organisations syndicales internationales et régionales ont salué l’engagement pris par le Ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, Alfonso Navarrete Prida, de ratifier la Convention 98 de l’OIT et de promouvoir d’authentiques négociations collectives. C’est un premier pas vers la suppression des “contrats de protection”.

M. Navarrete s’est engagé à agir à l’issue de réunions avec la CSI, son Organisation régionale pour les Amériques, la CSA et IndustriALL dont les secteurs sont affectés particulièrement durement par les contrats de protection qui privent les travailleurs de leur mot à dire au niveau des conditions d’emploi et de travail et au sein de leurs syndicats.

Sharan Burrow, la Secrétaire générale de la CSI précise que “les contrats de protection ouvrent dans les relations sociales des brèches béantes pour des pratiques de corruption et représentent une grave violation de la liberté syndicale et du droit de négocier collectivement. Le droit des travailleurs à participer pleinement et démocratiquement à la fixation des salaires et des conditions d’emplois est une chose fondamentale. La pratique des contrats de protection corrompus n’a été tolérée que trop longtemps. Nous saluons l’engagement du Ministre à se pencher sur la discussion de nouvelles réformes législatives qui, nous l’espérons, mettront fin à cette violation des droits des travailleurs qui affecte un grand nombre d’entre eux au Mexique”.

Fernando Lopes, Secrétaire général adjoint d’IndustriALL précise : “en dépit de pas concrets qui ont été faits lors de la réunion, le chemin est encore long avant que nous ne puissions parler de changements positifs. Nos affiliés et d’autres syndicats mexicains indépendants voient leur travail quotidien constamment sapé par le système injuste des contrats de protection. Les travailleurs et travailleuses ainsi que l’économie mexicaine sont les otages de ce système pourri qui manipule les droits des travailleurs et fait obstacle à tout progrès en matière de conditions de travail et de vie”.

La promesse du Ministre mexicain fait suite à la campagne menée par des organes syndicaux mexicains et internationaux pour l’abolition des contrats de protection, qui a connu son point d’orgue lors d’une réunion à Mexico la semaine dernière au cours de laquelle les syndicats ont exprimé par le menu leurs préoccupations et appelé le gouvernement à agir.

Le Ministre Navarrete a également promis de se pencher sur la résolution en temps voulu de toute une série d’autres problématiques soulevées par les syndicats.

Vous pouvez lire la lettre du Ministre Navarrete (en espagnol).