• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

A picket at the factory gates. Photo: Boeing Workers

A picket at the factory gates. Photo: Boeing Workers

A picket at the factory gates. Photo: Boeing Workers

“Solidarité de l’AFL-CIO de Caroline du Nord avec les salariés de Boeing qui votent oui pour un syndicat” Photo: Boeing Workers

“Je vote OUI le 15 février”

“Les bénéfices de Boeing rempliraient 14 carlingues de Dreamliner avec 1,7 milliards de coupures de 1 dollar – Respect, Salaires, Cohérence #Youdeservebetter (Vous méritez mieux)”

“Syndicat des Machinistes - Aérospatiale - Boeingworkers.com”

Le syndicat des machinistes face à un vote crucial chez Boeing dans le Sud des États-Unis

09.02.2017

Un scrutin syndical dans le Sud des États-Unis est vécu comme un test quant à la faculté pour les syndicats de recruter sous l’administration Trump.

L’affilié d’IndustriALL Global Union, l’Association des Machinistes et Travailleurs de l’Aérospatiale (IAM) se dirige vers un scrutin crucial à Charleston, en Caroline du Sud. Ce 15 février, près de 3.000 travailleurs et travailleuses de Boeing doivent se prononcer sur la reconnaissance du syndicat.

Ce vote est considéré comme étant un test pour la capacité du mouvement syndical à recruter sous l’ère Trump. Un vote favorable constituerait un désaveu des politiques anti-syndicales de Trump et une victoire contre son racisme vecteur de divisions. Environ un tiers des travailleurs de cette usine sont afro-américains.

Il est de notoriété publique qu’il est difficile de recruter syndicalement dans le Sud des États-Unis. Les salaires et la densité syndicale y sont bas, la couverture par convention collective est maigre et les politiciens sont souvent des opposants déclarés aux syndicats.

La Caroline du Sud est un État qui consacre le “Droit au Travail”, à savoir qu’il a adopté une législation qui permet aux non-syndiqués de bénéficier des conventions négociées par les syndicats sans leur avoir apporté leur contribution. Cet État possède le taux de syndicalisation le plus bas des États-Unis.

L’IAM et d’autres syndicats américains expliquent que la motivation cachée du Droit au Travail est de détruire les syndicats et de “transférer davantage encore d’argent et de pouvoir vers les élites du monde des entreprises”. Le Président américain Donald Trump a indiqué qu’il a l’intention d’étendre le Droit au Travail au niveau fédéral, ce qui est considéré par beaucoup comme une attaque fondamentale envers les syndicats.

De nombreuses entreprises ont déplacé leur production vers les États du Sud ces dernières années, pour tirer parti des bas salaires et de la faiblesse syndicale. Après avoir fermé une usine dans l’État de Washington, Boeing a ouvert l’usine de Caroline du Sud en 2011. Depuis lors, elle a produit plus de 100 avions du type 787 Dreamliner.
 
L’IAM représente environ 35.000 travailleurs et travailleuses de Boeing, principalement dans l’État de Washington. En 2015, le syndicat a renoncé à un scrutin pour sa reconnaissance au sein de l’usine de Charleston à la suite d’ingérences politiques et d’une énorme campagne de désinformation de la part de l’entreprise.

Le directeur d’IndustriALL pour l’aérospatiale, Brian Kohler, indique :

“L’élection de Donald Trump constitue partout un défi et une menace pour le monde du travail. Une victoire en Caroline du Sud serait un signal puissant que nous pouvons riposter.

“IndustriALL fait part de sa solidarité internationale et exhorte les travailleurs et travailleuses de Boeing à voter OUI pour le syndicat.”